Le rebond semble s'amorcer. Le nombre de projets d'appartements en cours de commercialisation est à nouveau parti à la hausse ces derniers mois. On recense aujourd'hui près de 275 unités sur le marché, un palier encore jamais atteint auparavant. Cela représente 15 % de plus que l'an dernier et le double du stock par rapport à 2014. Le stock flirtant désormais avec les 25.000 m2. Les Luxembourgeois commencent donc à avoir un certain choix en la matière.
...

Le rebond semble s'amorcer. Le nombre de projets d'appartements en cours de commercialisation est à nouveau parti à la hausse ces derniers mois. On recense aujourd'hui près de 275 unités sur le marché, un palier encore jamais atteint auparavant. Cela représente 15 % de plus que l'an dernier et le double du stock par rapport à 2014. Le stock flirtant désormais avec les 25.000 m2. Les Luxembourgeois commencent donc à avoir un certain choix en la matière. Ce marché reste bien évidemment le moins fourni de Belgique mais il semble connaître un certain élan. Evoquer son évolution prendra donc davantage de sens à l'avenir, d'autant que les projets neufs d'envergure qui font actuellement défaut finiront bien par sortir de terre dans les prochains mois. Ils sont principalement situés à Arlon et dans sa périphérie, alors que les demandes de permis se multiplient dans toute la province. Voilà l'un des principaux enseignements que l'on peut tirer des chiffres livrés par le bureau d'expertise de Crombrugghe & Partners. " Ce marché est essentiellement boosté par Arlon et dans une moindre mesure par les communes du district de Luxembourg-Sud ", relève Michaël Zapatero, analyste chez de Crombrugghe & Partners. Notons qu'il y a désormais une certaine homogénéité dans les appartements en vente entre les différentes régions, ce qui a rarement été le cas auparavant. Le principal rebond est à constater dans les communes du nord du Luxembourg. Ce marché est principalement localisé dans les entités de Vielsalm (de 2.200 à 2.400 euros/m2), Marche-en-Famenne (de 2.200 à 2.650 euros/m2) et, dans une moindre mesure, Bastogne (de 2.200 à 2.600 euros/m2). On y relève un nombre de projets en hausse (10). Les prix connaissent la même tendance en un an (+ 4,5%), progressant nettement par rapport à 2013 (+ 10,5%). Ce qui peut s'expliquer par l'arrivée de nouveaux projets plus haut de gamme, tels que Les Jardins du Lac à Vielsam (Espace Didier), la Résidence Hinck (Batifer) à Bastogne ou encore MEF (STD) à Marche-en-Famenne. Arlon connaît également enfin un certain réveil. Quelque 82 appartements sont actuellement mis en vente dans quatre projets, dont les Domaines de l'Aurore et des Surréalistes (Thomas & Piron), les Terrasses de la Semois (Wust Promotion) ou encore Les Terrasses du Luxembourg (Houyoux). A terme, ce dernier projet, un éco-quartier situé en plein centre d'Arlon, comptera 175 logements et devrait booster le marché local. Au niveau des prix, Arlon reste toujours bien devant avec un prix moyen de 2.475 euros/m2, soit près de 20 % plus cher que dans le sud du Luxembourg (2.050 euros/m2). Mais l'écart diminue par contre avec les communes du nord du Luxembourg dont les prix moyens s'élèvent à 2.350 euros/m2. Leur prix prime (c'est-à-dire le plus élevé) faisant même jeu égal, à 2.650 euros/m2. Un élément qui sera en tout cas à suivre à l'avenir. Dans le district du sud du Luxembourg, un marché bien évidemment influencé par la proximité avec le Grand-Duché, le stock et les prix sont étonnement stables. La hausse est de 2,5 % en un an et de la même proportion par rapport à 2013. Des développements que l'on retrouve essentiellement à Libramont avec les projets Intersection (Habitat +) et Rue du Vicinal (Thomas & Piron). Signalons également les développements Résidences Marbehan à Habay-la-Neuve ou encore Domaine de l'Aurore à Bonnert (Thomas & Piron). Le développeur immobilier Batifer s'attaque depuis quelques années au marché de l'appartement à Bastogne. Il y jouit d'une vraie demande en la matière. Après avoir bouclé récemment la commercialisation d'une résidence de 17 appartements, il est en train de commercialiser un autre projet, la Résidence Hinck située à Bastogne, à quelques dizaines de mètres du centre-ville. La livraison de la trentaine d'appartements est prévue au printemps 2018. " Bastogne est un marché en pleine expansion, confie Hugues Navet, responsable marketing de Batifer, un développeur basé à Transinne. La demande est forte. Il s'agit du troisième projet que nous développons dans l'entité. Et toutes les commercialisations remportent un vif succès. Nous sommes déjà à 70 % d'appartements vendus dans le cadre du projet de la Résidence Hinck. Le profil des acheteurs est celui de jeunes ménages qui ne peuvent se payer une maison ou de personnes plus âgées qui occuperont le bien une fois retraité et le loueront d'ici là. " Le projet a été dessiné par le bureau d'architecte Windeshausen & André. Il est au stade du gros oeuvre. Les prix oscillent entre 2.750 et 3.000 euros/m2, pour des appartements de une à trois chambres allant de 70 à 115 m2. " De grandes terrasses sont prévues pour les appartements du dernier étage, lance Hugues Navet. Elles offrent une magnifique vue sur toute la région. " Xavier Attout