En avril et mai, au plus fort des mesures de confinement, le nombre de transactions immobilières chez les notaires a baissé de plus d'un quart par rapport la même période en 2019, rappelle la banque.

En 2020, davantage de personnes perdront leur emploi ou subiront des pertes de revenus à la suite du chômage temporaire. Une récente enquête révèle qu'un candidat acheteur sur sept postpose sa recherche en raison des perspectives et de l'incertitude. Moins de ménages se tourneront vers le marché acquisitif, de sorte que la demande de logements à louer restera forte, prévoit Belfius.

La banque table, dans les conditions actuelles, sur une baisse des prix de l'immobilier résidentiel de 2,5 à 3% cette année. Ce recul limité s'explique par la présence de facteurs qui continuent à soutenir largement la demande sur le marché immobilier, au premier rang desquels la faiblesse des taux d'intérêt, une situation que Belfius voit se poursuivre encore un certain temps.

Cette situation soutient les prix de deux manières, explique la banque. "Il est intéressant pour les acheteurs d'emprunter et elle suscite l'intérêt des investisseurs immobiliers, a fortiori maintenant que les prix diminuent quelque peu."

En avril et mai, au plus fort des mesures de confinement, le nombre de transactions immobilières chez les notaires a baissé de plus d'un quart par rapport la même période en 2019, rappelle la banque. En 2020, davantage de personnes perdront leur emploi ou subiront des pertes de revenus à la suite du chômage temporaire. Une récente enquête révèle qu'un candidat acheteur sur sept postpose sa recherche en raison des perspectives et de l'incertitude. Moins de ménages se tourneront vers le marché acquisitif, de sorte que la demande de logements à louer restera forte, prévoit Belfius. La banque table, dans les conditions actuelles, sur une baisse des prix de l'immobilier résidentiel de 2,5 à 3% cette année. Ce recul limité s'explique par la présence de facteurs qui continuent à soutenir largement la demande sur le marché immobilier, au premier rang desquels la faiblesse des taux d'intérêt, une situation que Belfius voit se poursuivre encore un certain temps. Cette situation soutient les prix de deux manières, explique la banque. "Il est intéressant pour les acheteurs d'emprunter et elle suscite l'intérêt des investisseurs immobiliers, a fortiori maintenant que les prix diminuent quelque peu."