"Il y a un endroit de la croisée des transepts qu'il va falloir surveiller", avertit Philippe Villeneuve, l'architecte en chef de Notre-Dame, lors d'une visite de chantier à laquelle a pris part l'AFP. "On ne peut pas intervenir (sur place), il va falloir laisser tomber le caillou mais s'assurer que personne" autour ne soit touché.

Si le joyau gothique a plutôt résisté à l'incendie du 15 avril, "on n'est pas du tout dans la (phase de) restauration, on est encore dans l'urgence impérieuse de sécurisation" avec la voûte qui peut s'effondrer, souligne celui qui est au chevet de la cathédrale depuis 2013.

Les travaux avancent vite, assurent les équipes en place. C'est aussi l'avis du ministre de la Culture Franck Riester, venu mercredi sur place, au lendemain de l'adoption au Parlement du projet de loi de restauration. "Là, il y avait une montagne de gravats il y a quelques semaines encore", souligne-t-il, combinaison de rigueur, casque vissé sur la tête, la voix couverte par le bruit de machines.

Sous la haute voûte de Notre-Dame, deux robots s'affairent et ramassent des gravats, morceaux de bois et tas de pierres indistincts noircis par l'incendie. Ces machines sont les seules à peuvent accéder à certains endroits, rendus dangereux par les risques d'éboulement.

"Rien ne va à la benne, rien ne va à la décharge", souligne Philippe Villeneuve. Chaque gravat est répertorié, trié et analysé de façon à obtenir une connaissance ultra-précise et scientifique de la cathédrale.

Quel est l'âge des bois ? A quelle température ont été exposées les pierres ? Autant de questions qui permettront ensuite de la restaurer au mieux.

- De "nouvelles connaissances" -

"Ce chantier n'est pas qu'une affaire d'architectes, mais aussi de scientifiques, de chercheurs... C'est une catastrophe qui a eu lieu mais elle va apporter énormément de nouvelles connaissances", juge l'architecte en chef.

null © BELGAIMAGE

Une soixantaine de personnes, ouvriers et compagnons présents sur place, sont sur le pont. Leur actualité est la pose de cintres sur les arc-boutants, à raison de un par jour et de 28 au total, pour les solidifier. Ensuite, il faudra installer un plancher sous et sur la voûte, puis enlever les bâches posées quelques jours après la catastrophe.

Dans la cathédrale subsiste une légère odeur de brûlé, prenant à la gorge. Ceux qui ont le nez dans la poussière portent des masques spécifiques, nécessaires, sachant que le site est pollué au plomb provenant notamment de la flèche et de la toiture.

"On a besoin de prendre toutes les mesures nécessaires. La Drac (Direction régionale des affaires culturelles) travaille avec l'inspection du travail pour préciser les modalités pour les travailleurs", précise le ministre. "Des nettoyages ont été opérés mais il y a des pierres imbibées au plomb".

A l'extérieur, sur le parvis, un premier nettoyage a été effectué et un autre doit être lancé.

Une fois la sécurisation du site terminée, dans plusieurs mois, l'heure sera à l'état des lieux, puis au diagnostic et au chiffrage du devis de restauration.

"Aujourd'hui, c'est beaucoup trop tôt", indique le ministre. Le délai de "cinq ans" promis par le président Macron pour restaurer la cathédrale, "ce n'est pas du tout la question aujourd'hui. La question, c'est la sécurisation de Notre-Dame".

Pragmatique, M. Villeneuve énumère les tâches à mener dans les prochaines années: reconstruire les voûtes, refaire la charpente, la couverture et la flèche, dépolluer le site et le rouvrir. "C'est ça l'objectif des cinq ans: la remettre dans l'état ou elle était avant l'incendie".

Restera ensuite les autres travaux de restauration, ceux pour entretenir une cathédrale vieille de 850 ans. Et là, "je n'en verrai pas la fin", glisse-t-il, dans un demi-sourire.