Après une hausse plutôt timide en 2015 (+2,5 %), le prix moyen des appartements nieuportois a explosé l'an dernier : + 6 % à 265.000 euros. Avec une hausse de 32,2 % sur cinq ans, Nieuport détient la palme des communes côtières. Marc Naessens, responsable du département vente de l'agence Immo Eecke, n'est pas surpris. " Nieuport n'a pas vraiment connu la crise. Les biens surannés ont subi une correction de prix, certes, mais on ne peut pas vraiment parler de dépréciation. Les propriétaires ont joui de leur bien à la côte pendant 30 ans. La croissance de Nieuport a boosté l'importance du marc...

Après une hausse plutôt timide en 2015 (+2,5 %), le prix moyen des appartements nieuportois a explosé l'an dernier : + 6 % à 265.000 euros. Avec une hausse de 32,2 % sur cinq ans, Nieuport détient la palme des communes côtières. Marc Naessens, responsable du département vente de l'agence Immo Eecke, n'est pas surpris. " Nieuport n'a pas vraiment connu la crise. Les biens surannés ont subi une correction de prix, certes, mais on ne peut pas vraiment parler de dépréciation. Les propriétaires ont joui de leur bien à la côte pendant 30 ans. La croissance de Nieuport a boosté l'importance du marché de la revente. L'offre abonde, la concurrence de prix est réelle. " Peter Taffeiren, CEO de la société de promotion immobilière POC Partners, confirme l'absence de crise à Nieuport : " La vente a toujours continué normalement à Nieuport, même en temps de crise. " Avenue Albert Ier, le long du chenal, POC a entamé une nouvelle phase de son luxueux projet Jan Turpin. Et la vente bat son plein, se réjouit Peter Taffeiren : " Nous réalisons plus de deux ventes par mois. Un très beau score, je vous assure. " Les nouveaux projets le long de la promenade du chenal, entre Nieuport-plage et Nieuport-ville, sont de véritables mines d'or, assure Peter Taffeiren. " L'administration a mis les petits plats dans les grands pour développer l'infrastructure commerciale, indique-t-il. Ce qui explique en grande partie le regain d'attractivité de Nieuport. " Entre-temps, l'avenue Albert Ier côté chenal est presque entièrement bâtie. Marc Naessens voit déjà de nouvelles opportunités. " De l'autre côté de l'avenue Albert Ier, quasi en face du Storms' Harbour, il y a encore toute une zone qui ne demande qu'à accueillir les projets résidentiels, explique-t-il. Le site abrite quelques entreprises mais celles-ci pourraient fort bien déménager dans le nouveau zoning industriel. Le terrain est propice à la promotion immobilière. " Le prix au m2 du bâti neuf s'établit à 4.000 euros, selon le bureau d'évaluation de Crombrugghe & Partners. Aux endroits les plus prisés comme le chenal et la digue, les prix sont encore plus élevés, selon nos interlocuteurs. Le long du chenal, le neuf se négocie autour des 5.000 euros/m2. En front de mer, les prix oscillent entre 8.000 et 10.000 euros/m2. " Des montants qui donnent le tournis, reconnaît Marc Naessens mais le type de produit a changé. On construit de plus en plus en vue d'une occupation permanente. Autrement dit, des appartements plus spacieux avec de belles terrasses. Exit le flat de 60 m2 sans terrasse. " Pour illustrer le nouveau style de construction, il cite les projets Lectus et le Cond'or sur la digue du promoteur Condius. " Les appartements nouveau style dans le segment de luxe sont souvent plus grands, et de ce fait, plus lumineux avec une plus belle vue. Le cahier de charges de ce genre d'appartement ne peut être comparé à celui des appartements d'il y a cinq ans. Le niveau de finition est considérablement plus élevé. "