I-Movix a été fondée en 2005 par Laurent Renard, un ancien gendarme féru d'informatique, et son épouse Nathalie Vinchent. Dix ans plus tard, elle est solidement installée à la première place mondiale sur le marché du ralenti extrême. "Nos caméras ont une configuration complètement intégrée aux télévisions sportives et offrent la possibilité de combiner à la fois des vitesses de capture très élevées et un replay instantané ou un flux continu", précise David Taquin, sales assistant. Des caméras que l'on retrouve aujourd'hui dans la plupart des grands événements sportifs. Elles sont incontournables lors des Jeux olympiques et des Coupes du monde et Championnats d'Europe de football mais également dans de nombreuses disciplines telles que le basket, le football américain, le base-ball ou encore le hockey sur glace. Ces sports où la balle (ou le palet) va extrêmement vite affectionnent particulièrement le super slow motion concocté dans le Hainaut. Des sports également très prisés outre-Atlantique. Rien d'étonnant donc à ce la société montoise y réalise bon an mal an la moitié de ses ventes.

Etre numéro un mondial n'empêche pas de se remettre en question. C'est même conseillé, histoire d'éviter de se reposer sur ses lauriers. I-Movix a donc complètement revu la conception et la production de ses systèmes d'ultra ralenti. "Le coeur de la technologie d'ultra ralenti X10, dénommé CCU (Camera Control Unit), est à présent l'unité de contrôle caméra commune à l'ensemble des produits de la gamme, explique David Taquin. C'est le composant central des systèmes dans lequel se retrouve la majeure partie de la plus-value d'I-Movix. Autour de celui-ci, on peut imaginer de multiples configurations de caméra en fonction des besoins des productions sportives. Chaque configuration diffère en fonction de la caméra à haute vitesse intégrée, de la résolution d'images (HD, 4K), du mode d'acquisition selon que l'on privilégie le nombre élevé d'images par seconde capturées ou encore la capture en flux continu appelée super ralenti, et de l'utilisation en mode filaire ou sans fil. L'avantage principal de cette nouvelle conception est sa durabilité. Le client qui adopte systématiquement les derniers produits développés peut faire évoluer son système existant sans devoir réinvestir dans un système complet."

Systèmes évolutifs

Le caractère évolutif et modulaire de ce système épouse parfaitement la vitesse à laquelle les innovations apparaissent et répond ainsi à la volonté de ses clients d'être toujours à la pointe de la technologie. Le secteur de l'image est probablement l'un des secteurs qui évolue le plus rapidement actuellement. L'équipe d'I-Movix a bien saisi les enjeux et entend bien anticiper cette évolution. La société compte une vingtaine de collaborateurs et tous sont impliqués dans ce projet. Actuellement, le marché d'I-Movix concerne quasi exclusivement le monde du sport, mais cette nouvelle conception pourrait lui ouvrir d'autres marchés pour des applications industrielles, scientifiques ou militaires. Après avoir traversé des moments difficiles à ses débuts, I-Movix est aujourd'hui solide financièrement et au top technologiquement. Elle a plus que jamais tous les atouts en main pour conserver la position de leader qu'elle a acquise.

G.V.D.N.

I-Movix a été fondée en 2005 par Laurent Renard, un ancien gendarme féru d'informatique, et son épouse Nathalie Vinchent. Dix ans plus tard, elle est solidement installée à la première place mondiale sur le marché du ralenti extrême. "Nos caméras ont une configuration complètement intégrée aux télévisions sportives et offrent la possibilité de combiner à la fois des vitesses de capture très élevées et un replay instantané ou un flux continu", précise David Taquin, sales assistant. Des caméras que l'on retrouve aujourd'hui dans la plupart des grands événements sportifs. Elles sont incontournables lors des Jeux olympiques et des Coupes du monde et Championnats d'Europe de football mais également dans de nombreuses disciplines telles que le basket, le football américain, le base-ball ou encore le hockey sur glace. Ces sports où la balle (ou le palet) va extrêmement vite affectionnent particulièrement le super slow motion concocté dans le Hainaut. Des sports également très prisés outre-Atlantique. Rien d'étonnant donc à ce la société montoise y réalise bon an mal an la moitié de ses ventes. Etre numéro un mondial n'empêche pas de se remettre en question. C'est même conseillé, histoire d'éviter de se reposer sur ses lauriers. I-Movix a donc complètement revu la conception et la production de ses systèmes d'ultra ralenti. "Le coeur de la technologie d'ultra ralenti X10, dénommé CCU (Camera Control Unit), est à présent l'unité de contrôle caméra commune à l'ensemble des produits de la gamme, explique David Taquin. C'est le composant central des systèmes dans lequel se retrouve la majeure partie de la plus-value d'I-Movix. Autour de celui-ci, on peut imaginer de multiples configurations de caméra en fonction des besoins des productions sportives. Chaque configuration diffère en fonction de la caméra à haute vitesse intégrée, de la résolution d'images (HD, 4K), du mode d'acquisition selon que l'on privilégie le nombre élevé d'images par seconde capturées ou encore la capture en flux continu appelée super ralenti, et de l'utilisation en mode filaire ou sans fil. L'avantage principal de cette nouvelle conception est sa durabilité. Le client qui adopte systématiquement les derniers produits développés peut faire évoluer son système existant sans devoir réinvestir dans un système complet." Systèmes évolutifs Le caractère évolutif et modulaire de ce système épouse parfaitement la vitesse à laquelle les innovations apparaissent et répond ainsi à la volonté de ses clients d'être toujours à la pointe de la technologie. Le secteur de l'image est probablement l'un des secteurs qui évolue le plus rapidement actuellement. L'équipe d'I-Movix a bien saisi les enjeux et entend bien anticiper cette évolution. La société compte une vingtaine de collaborateurs et tous sont impliqués dans ce projet. Actuellement, le marché d'I-Movix concerne quasi exclusivement le monde du sport, mais cette nouvelle conception pourrait lui ouvrir d'autres marchés pour des applications industrielles, scientifiques ou militaires. Après avoir traversé des moments difficiles à ses débuts, I-Movix est aujourd'hui solide financièrement et au top technologiquement. Elle a plus que jamais tous les atouts en main pour conserver la position de leader qu'elle a acquise. G.V.D.N.