Le rapport annuel de la fondation Mozilla sur l'état du Net est inquiétant. Pour cette association qui milite pour un Internet ouvert, et qui est à l'origine du navigateur Firefox, le Web souffre de nombreux maux : les " fake news " se répandent, les trolls font la loi, la vie privée n'est plus respectée... Mais la fondation a aussi identifié des pistes pour sauver Internet. Nous en avons sélection...

Le rapport annuel de la fondation Mozilla sur l'état du Net est inquiétant. Pour cette association qui milite pour un Internet ouvert, et qui est à l'origine du navigateur Firefox, le Web souffre de nombreux maux : les " fake news " se répandent, les trolls font la loi, la vie privée n'est plus respectée... Mais la fondation a aussi identifié des pistes pour sauver Internet. Nous en avons sélectionné trois. 1. Imposer une éthique de l'IA. Au cours de l'année écoulée, les exemples d'algorithmes " biaisés " se sont multipliés. L'ancien " robot recruteur " d'Amazon, par exemple, favorisait les hommes au détriment des femmes. La fondation Mozilla propose de mieux encadrer ces algorithmes. C'est ainsi que des sociétés comme Google, Microsoft ou IBM emploient désormais des chercheurs spécialisés dans l'éthique de l'intelligence artificielle (IA). L'Europe a également mis sur pied sept principes pour rendre l'IA " éthiquement responsable ". 2. Repenser la pub en ligne. Pour la fondation Mozilla, il faut remettre en question la conviction selon laquelle les annonceurs doivent tout savoir sur vous s'ils veulent que leurs publicités soient efficaces. Pour " regagner notre confiance ", les grandes plateformes doivent mettre fin à la collecte massive de données, estime la fondation. Le règlement européen sur la protection des données (RGPD) est un premier coup de semonce à leur égard. 3. Créer un contre-pouvoir aux géants du Net. Les Gafam (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft) ont atteint un tel niveau de domination sur Internet que certains pays ont décidé de créer des postes d'ambassadeur auprès de ces nouveaux " Etats " numériques. Pour contrebalancer leur pouvoir, la fondation Mozilla estime que les villes ont un rôle important à jouer. Les smart cities (villes intelligentes) seraient capables de faire jouer leur influence en faveur de grandes causes comme la neutralité du Net, l' open data ou la tech for good (technologie au service des questions sociales et sociétales).