Snapchat vient de boucler un nouveau tour de table, à l'issue duquel l'entreprise américaine a levé 175 millions de dollars. C'est déjà la huitième levée de fonds pour la société créée et dirigée par Evan Spiegel (25 ans). Au total, une série d'investisseurs, dont le géant chinois de l'e-commerce Alibaba ou encore Yahoo ! , ont déjà injecté plus de 1,2 milliard de dollars dans l'application de messagerie.
...

Snapchat vient de boucler un nouveau tour de table, à l'issue duquel l'entreprise américaine a levé 175 millions de dollars. C'est déjà la huitième levée de fonds pour la société créée et dirigée par Evan Spiegel (25 ans). Au total, une série d'investisseurs, dont le géant chinois de l'e-commerce Alibaba ou encore Yahoo ! , ont déjà injecté plus de 1,2 milliard de dollars dans l'application de messagerie. Ces levées de fonds successives portent la valorisation de Snapchat à 16 milliards de dollars. Etonnamment, les 175 millions de dollars que vient de rajouter le fonds Fidelity Investments n'ont pas fait évoluer la valorisation de la société. Cela signifie que les parts détenues par les investisseurs dans la société ont été réévaluées à la baisse. C'est sans doute le signe que, malgré le succès de l'application, certaines incertitudes continuent de planer autour de son business model. Snapchat est une application de messagerie mobile instantanée. Contrairement à d'autres concurrents comme Facebook Messenger, Skype ou Whatsapp (qui appartient à Facebook), la messagerie au petit fantôme mise sur le caractère éphémère de ses messages. Les textes, photos ou vidéos échangés avec ses amis disparaissent juste après leur visionnage. Avec ce modèle jouant sur la confidentialité des échanges et une ultra-simplicité d'utilisation, Snapchat a rapidement séduit les plus jeunes. En France, 43 % des jeunes âgés de 15 à 24 ans utilisent l'application, ce qui en fait le deuxième réseau social le plus utilisé par cette génération, derrière Facebook. La plateforme de Mark Zuckerberg est le concurrent numéro un de Snapchat. Le patron milliardaire a d'ailleurs fait le forcing pour racheter ce turbulent challenger. Mais Evan Spiegel a été jusqu'à refuser un chèque de 3 milliards de dollars pour conserver son indépendance et creuser son propre sillon. Avec un évident succès commercial. Plus de 100 millions d'utilisateurs utilisent activement Snapchat chaque jour. L'application vient même d'annoncer que 8 milliards de vidéos (!) étaient consultées chaque jour par ses membres. Soit le même nombre que Facebook, qui compte pourtant 15 fois plus d'utilisateurs. Le problème, c'est que Snapchat peine à trouver une source de revenus aussi lucrative que celle de Facebook. L'entreprise, qui ne publie pas de chiffres financiers, fournit d'importants efforts pour intégrer de la publicité dans ses fils de discussion. Mais Evan Spiegel, qui espère faire entrer sa société en Bourse, n'est pas encore parvenu à transformer sa start-up en machine à cash.