Les deux nouveaux CEO d'EASI ne s'en étaient pas cachés en remplaçant Salvatore Curaba à la tête de l'entreprise informatique à l'automne dernier : la croissance allait être une priorité pour leur société durant les années à venir. Ils avaient d'ailleurs affiché clairement l'ambition de doubler de taille dans les cinq ans : passer de 250 personnes actuellement à 500 d'ici 2025. Pour cela, l'une des options consiste à racheter des ...

Les deux nouveaux CEO d'EASI ne s'en étaient pas cachés en remplaçant Salvatore Curaba à la tête de l'entreprise informatique à l'automne dernier : la croissance allait être une priorité pour leur société durant les années à venir. Ils avaient d'ailleurs affiché clairement l'ambition de doubler de taille dans les cinq ans : passer de 250 personnes actuellement à 500 d'ici 2025. Pour cela, l'une des options consiste à racheter des entreprises, à l'international notamment. EASI a ainsi commencé à se déployer aux Pays-Bas et en Suisse au travers des prises de participation dans des entreprises locales, l'année passée. Aujourd'hui, c'est en Belgique qu'EASI signe un nouveau partenariat : la firme nivelloise vient d'acquérir 23% de l'agence Underside, spécialisée dans l'accompagnement des entreprises durant leur transformation digitale, mais aussi la création d'applications mobiles. Cette prise de participation a vocation à rester minoritaire : " On n'a pas la volonté de prendre contrôle d'Underside, insiste Jean-Michel Block, managing partner d'EASI. On veut qu'ils restent maîtres à bord et conservent leur ADN. Il s'agit ici d'un partenariat qui s'appuie sur une vraie synergie et veut créer de la valeur ajoutée. " Les deux entreprises peuvent se renforcer mutuellement : Underside est spécialisée dans un univers " Mac " avec du design, là où EASI a fait ses preuves sous Windows avec une approche plus " tech ". EASI a développé des produits tandis qu'Underside fonctionne plutôt en mode projets, pour l'instant. Car l'agence compte évoluer et développer également des produits. " Nous avons une vraie valeur ajoutée à leur apporter sur ce créneau, insiste Jean-Michel Block. Mais aussi un apport financier dans le cadre de cette évolution vers un modèle locatif que l'on connaît bien. " Les deux entreprises vont structurer une collaboration mise en place ensemble ces dernières années. Si le managing partner ne communique pas le montant de la transaction, il s'agit, d'après nos estimations, d'une " petite " transaction pour la firme dont le chiffre d'affaires atteint 50 millions et s'attend à réaliser un bénéfice de près de 8 millions pour 2019...