La digitalisation est un grand sujet d'avenir dans le secteur automobile. Les voitures autonomes, capables de rouler automatiquement, nécessitent des cartes routières très précises afin de maîtriser le trafic. Here doit jouer un "rôle clé dans la révolution digitale de la mobilité", a indiqué le patron de BMW Harald Krüger.

Here, héritière de la société américaine Navteq rachetée par Nokia en 2008 pour 8,1 milliards de dollars, est un concurrent direct de Google Maps. Utiliser ses plans plutôt que ceux de Google permet de ne transmettre aucune donnée au géant américain de l'internet.

Mi-avril, en même temps que l'accord de fusion avec Alcatel-Lucent, Nokia avait annoncé envisager la mise en vente de Here.

L'ancien numéro un de la téléphonie mobile veut se concentrer sur les équipements de réseaux et travaille à son retour sur le marché des portables qu'il a quitté en 2013. La compagnie finlandaise a précisé que cette vente allait lui rapporter un gain net d'un peu plus de 2,5 milliards d'euros.

Parmi les autres prétendants au rachat de Here se trouvait Uber, la plateforme américaine de réservation de voitures de transport avec chauffeur (VTC) qui, affirmait le New York Times début mai, aurait soumis une offre de 3 milliards de dollars.

Here a une très faible notoriété auprès du grand public mais bénéficie d'un portefeuille solide de clients dans l'industrie ou internet.

Elle revendique les quatre cinquièmes des plans des GPS intégrés aux voitures vendues en Europe et Amérique du Nord, et fournit des grands noms comme Facebook ou Amazon.

La digitalisation est un grand sujet d'avenir dans le secteur automobile. Les voitures autonomes, capables de rouler automatiquement, nécessitent des cartes routières très précises afin de maîtriser le trafic. Here doit jouer un "rôle clé dans la révolution digitale de la mobilité", a indiqué le patron de BMW Harald Krüger. Here, héritière de la société américaine Navteq rachetée par Nokia en 2008 pour 8,1 milliards de dollars, est un concurrent direct de Google Maps. Utiliser ses plans plutôt que ceux de Google permet de ne transmettre aucune donnée au géant américain de l'internet. Mi-avril, en même temps que l'accord de fusion avec Alcatel-Lucent, Nokia avait annoncé envisager la mise en vente de Here. L'ancien numéro un de la téléphonie mobile veut se concentrer sur les équipements de réseaux et travaille à son retour sur le marché des portables qu'il a quitté en 2013. La compagnie finlandaise a précisé que cette vente allait lui rapporter un gain net d'un peu plus de 2,5 milliards d'euros. Parmi les autres prétendants au rachat de Here se trouvait Uber, la plateforme américaine de réservation de voitures de transport avec chauffeur (VTC) qui, affirmait le New York Times début mai, aurait soumis une offre de 3 milliards de dollars. Here a une très faible notoriété auprès du grand public mais bénéficie d'un portefeuille solide de clients dans l'industrie ou internet. Elle revendique les quatre cinquièmes des plans des GPS intégrés aux voitures vendues en Europe et Amérique du Nord, et fournit des grands noms comme Facebook ou Amazon.