Mais est-il encore possible de se déconnecter en 2018 ? Il faut d'abord résister aux assauts physiques du sevrage : les démangeaisons du pouce, les picotements du manque de dopamine produits par l'absence de stimuli, d'infos, de likes ou de mentions... Beaucoup de volonté, un peu de sport, un bon livre, une discussion avec des amis peuvent y remédier. Pourtant peu à peu, même en plein jogging, un sentiment diffus de malaise peut s'insinuer. Comme une sensation de vertige. C'est l'appel du fameux FOMO - fear of missing out - cette peur panique de rater quelque chose. Gagner de la liberté en se déconnectant, c'est aussi faire face à un certain vide. Car l'on se rend vite compte que, quel que soit notre âge, nous sommes tous finalement devenus des digital natives. La technologie s'est imm...