L'agence fédérale considère l'acquisition comme "illégale" parce qu'elle risquerait selon elle de limiter les choix pour le consommateur et de faire monter les prix, alors que le géant des réseaux sociaux est déjà un acteur dominant sur le marché de la VR. "Au lieu de jouer le jeu de la concurrence, Meta essaie d'acheter son ascension au sommet", a déclaré John Newman, le directeur adjoint chargé de la concurrence au sein de la FTC, cité dans un communiqué. "Meta possède déjà une application à succès de fitness en VR, et a les capacités pour faire concurrence à l'application populaire de Within, Supernatural. Mais Meta a choisi d'acheter des parts de marché au lieu de les gagner au mérite. C'est une acquisition illégale", a-t-il assené.

Selon l'agence, l'opération, si elle a lieu, ralentira l'innovation dans ce secteur. "Le dossier de la FTC est fondé sur de l'idéologie et de la spéculation, pas sur des preuves", a réagi un porte-parole de l'entreprise, sollicitée par l'AFP. "L'idée que cette acquisition puisse nuire à la concurrence dans un domaine aussi dynamique (...) que l'exercice physique connecté n'est tout simplement pas crédible", a-t-il élaboré.

"Menace existentielle"

Le groupe californien est déjà dans le collimateur des autorités de régulation de la concurrence. Il fait face à de nombreuses enquêtes et plaintes pour abus de position dominante sur les marchés des réseaux sociaux et de la publicité en ligne. La FTC l'accuse notamment de monopole illégal sur le marché des "réseaux sociaux personnels". Elle reproche au groupe d'avoir "illégalement racheté ou enterré les nouveaux innovateurs quand leur popularité devenait une menace existentielle", en référence à la plateforme Instagram et la messagerie WhatsApp.

A l'automne dernier, Facebook s'est rebaptisé Meta pour signaler un pivot vers le "métavers", présenté comme l'avenir de l'internet, un univers parallèle accessible en réalité augmentée et virtuelle. Et fin octobre, l'entreprise a passé un accord avec Within pour racheter la start-up et son application, déjà utilisée par des milliers de personnes via les casques de VR d'Oculus, qui appartient aussi à Meta. Le montant de la transaction n'a pas été révélé.

"Ensemble, nous allons explorer des façons d'améliorer les appareils pour faciliter l'exercice physique en VR et encourager d'autres développeurs à concevoir de nouvelles expériences de fitness pour la réalité virtuelle", avait indiqué Oculus dans un communiqué. "Nous pensons que le sport va être un immense succès (dans le métavers), ce qui permettra à de multiples applications tierces de fitness de réussir".

Meta doit publier mercredi ses résultats trimestriels, qui seront suivis de près: en fin d'année dernière, le groupe a perdu pour la première fois des utilisateurs sur Facebook et peine à faire face à la concurrence de TikTok.

L'agence fédérale considère l'acquisition comme "illégale" parce qu'elle risquerait selon elle de limiter les choix pour le consommateur et de faire monter les prix, alors que le géant des réseaux sociaux est déjà un acteur dominant sur le marché de la VR. "Au lieu de jouer le jeu de la concurrence, Meta essaie d'acheter son ascension au sommet", a déclaré John Newman, le directeur adjoint chargé de la concurrence au sein de la FTC, cité dans un communiqué. "Meta possède déjà une application à succès de fitness en VR, et a les capacités pour faire concurrence à l'application populaire de Within, Supernatural. Mais Meta a choisi d'acheter des parts de marché au lieu de les gagner au mérite. C'est une acquisition illégale", a-t-il assené.Selon l'agence, l'opération, si elle a lieu, ralentira l'innovation dans ce secteur. "Le dossier de la FTC est fondé sur de l'idéologie et de la spéculation, pas sur des preuves", a réagi un porte-parole de l'entreprise, sollicitée par l'AFP. "L'idée que cette acquisition puisse nuire à la concurrence dans un domaine aussi dynamique (...) que l'exercice physique connecté n'est tout simplement pas crédible", a-t-il élaboré.Le groupe californien est déjà dans le collimateur des autorités de régulation de la concurrence. Il fait face à de nombreuses enquêtes et plaintes pour abus de position dominante sur les marchés des réseaux sociaux et de la publicité en ligne. La FTC l'accuse notamment de monopole illégal sur le marché des "réseaux sociaux personnels". Elle reproche au groupe d'avoir "illégalement racheté ou enterré les nouveaux innovateurs quand leur popularité devenait une menace existentielle", en référence à la plateforme Instagram et la messagerie WhatsApp.A l'automne dernier, Facebook s'est rebaptisé Meta pour signaler un pivot vers le "métavers", présenté comme l'avenir de l'internet, un univers parallèle accessible en réalité augmentée et virtuelle. Et fin octobre, l'entreprise a passé un accord avec Within pour racheter la start-up et son application, déjà utilisée par des milliers de personnes via les casques de VR d'Oculus, qui appartient aussi à Meta. Le montant de la transaction n'a pas été révélé."Ensemble, nous allons explorer des façons d'améliorer les appareils pour faciliter l'exercice physique en VR et encourager d'autres développeurs à concevoir de nouvelles expériences de fitness pour la réalité virtuelle", avait indiqué Oculus dans un communiqué. "Nous pensons que le sport va être un immense succès (dans le métavers), ce qui permettra à de multiples applications tierces de fitness de réussir".Meta doit publier mercredi ses résultats trimestriels, qui seront suivis de près: en fin d'année dernière, le groupe a perdu pour la première fois des utilisateurs sur Facebook et peine à faire face à la concurrence de TikTok.