Environ 500 clients qui avaient dû rendre leur appareil en raison du risque d'incendie de leur smartphone demandent un dédommagement de 406 euros par personne.

Pour trois des victimes, dont le téléphone a effectivement pris feu, une autre plainte contre Samsung est en préparation. Le groupe coréen avait déjà été cité à comparaître la semaine dernière aux Etats-Unis.

Le Galaxy Note 7 était sorti sur le marché à la mi-août. Rapidement, il est apparu que certains appareils prenaient feu ou explosaient de façon spontanée. Samsung pensait avoir résolu le problème en procédant au remplacement des batteries mais le risque d'incendie s'est maintenu malgré cela, forçant le groupe coréen à retirer le smartphone des étalages.