"Ryanair enquête sur un transfert électronique frauduleux passé via une banque chinoise la semaine dernière. La compagnie travaille avec ses banques et les autorités compétentes et s'est vue signifier que les fonds (moins de 5 millions de dollars) avaient été bloqués", a-t-elle expliqué mercredi dans un communiqué.

"La compagnie s'attend à ce que ces fonds lui soient reversés rapidement et a pris des mesures pour éviter que ce type de transfert ne se reproduise", a ajouté Ryanair, qui n'a pas souhaité faire davantage de commentaires, l'affaire étant aux mains de la justice irlandaise.

Ryanair est basée à Dublin et assure des liaisons exclusivement en Europe, aussi effectue-t-elle la plupart de ses transactions en euros, mais la compagnie dispose aussi de comptes en dollars. D'après l'Irish Times, les fonds en dollars ciblés par les pirates informatiques étaient destinés à payer sa facture de kérosène.

Le quotidien a ajouté que l'agence judiciaire chargée du dossier en Irlande, le Criminal Assets Bureau (CBA) de Dublin, avait pu identifier où les fonds volés avaient été transférés via une coopération internationales avec des agences jumelles en Asie.

"Ryanair enquête sur un transfert électronique frauduleux passé via une banque chinoise la semaine dernière. La compagnie travaille avec ses banques et les autorités compétentes et s'est vue signifier que les fonds (moins de 5 millions de dollars) avaient été bloqués", a-t-elle expliqué mercredi dans un communiqué."La compagnie s'attend à ce que ces fonds lui soient reversés rapidement et a pris des mesures pour éviter que ce type de transfert ne se reproduise", a ajouté Ryanair, qui n'a pas souhaité faire davantage de commentaires, l'affaire étant aux mains de la justice irlandaise.Ryanair est basée à Dublin et assure des liaisons exclusivement en Europe, aussi effectue-t-elle la plupart de ses transactions en euros, mais la compagnie dispose aussi de comptes en dollars. D'après l'Irish Times, les fonds en dollars ciblés par les pirates informatiques étaient destinés à payer sa facture de kérosène.Le quotidien a ajouté que l'agence judiciaire chargée du dossier en Irlande, le Criminal Assets Bureau (CBA) de Dublin, avait pu identifier où les fonds volés avaient été transférés via une coopération internationales avec des agences jumelles en Asie.