Les développeurs ne jurent que par la technologie qu'ils développent, mais au cours de son master complémentaire en économie d'entreprise, Houben a pris pleinement conscience que la stratégie, le marketing et la technologie doivent être liés. "Je résous quel problème sur le marché ? C'est la question cruciale. La technologie n'est qu'un moyen."
...

Les développeurs ne jurent que par la technologie qu'ils développent, mais au cours de son master complémentaire en économie d'entreprise, Houben a pris pleinement conscience que la stratégie, le marketing et la technologie doivent être liés. "Je résous quel problème sur le marché ? C'est la question cruciale. La technologie n'est qu'un moyen."Beaucoup de starters pensent que le public est en attente de leur app et est prêt à payer pour celle-ci. "Les consommateurs ne sont souvent pas enclins à payer, et certainement pas pour quelque chose qu'il obtiennent gratuitement aujourd'hui, comme les services de santé dans notre pays. C'est pourquoi nous nous focalisons sur les organisations qui ont un intérêt pour une meilleure prestation de soins et qui désirent s'orienter vers le digital."Les investisseurs belges désirent, selon Houben, obtenir le plus rapidement possible les actions en main et ils donnent aux fondateurs peu de perspective de meilleur salaire. "Si plus tard, vous désirez lancer une plus grande levée de capital aux États-Unis, cela n'est pas possible avec une entreprise dont l'actionnariat est déjà fragmenté. Comme les starters ne gagnent pas beaucoup d'argent au cours des premières années, la tentation est grande de mordre à l'hameçon lorsque des investisseurs américains désirent acheter leur entreprise. Cela peut être évité par un salaire plus élevé dès l'apport de capital. Une vente plus tardive apporte également un plus grand return pour l'investisseur belge.""Grâce au Google Bootcamp en 2015, nous étions soudainement un nom en Belgique. Google nous avait retenus comme l'une des start-ups les plus prometteuses. Au cours des deux semaines de bootcamp, j'ai appris à penser de manière beaucoup plus grande. Au lieu de gérer l'entreprise au jour le jour, j'ai appris qu'il valait mieux d'abord écrire le dernier chapitre de votre livre. Vous comptez ensuite à rebours et vous commencez à la première page en travaillant de telle manière à tendre vers ce point à l'horizon. J'ai pris une feuille blanche et j'ai complètement redessiné mon entreprise, de manière plus ambitieuse. Le problème du vieillissement est mondial. Vous devez dans ce cas oser penser que vous pouvez changer le monde."Bien que Cubigo soit actif aux États-Unis et y ait un projet pilote dans le plus important groupe de maisons de repos, Houben désire que son entreprise reste belge. "Ici, nous pouvons faire réaliser le développement pour trois fois moins cher et par d'excellents informaticiens. Ensuite, nous avons un bon système de soins ici, idéal comme living lab. Pour nous, c'est également mieux pour l'instant d'être un nom connu en Belgique plutôt qu'un simple numéro aux États-Unis."