Depuis le tournant du siècle, Apple s'est diversifié de manière phénoménale. Le producteur de niche d'ordinateurs est devenu un fabricant de produits électroniques pour le grand public, avec un chiffre d'affaires de 215 milliards de dollars, grâce à l'iPod, l'iPhone et l'iPad.
...

Depuis le tournant du siècle, Apple s'est diversifié de manière phénoménale. Le producteur de niche d'ordinateurs est devenu un fabricant de produits électroniques pour le grand public, avec un chiffre d'affaires de 215 milliards de dollars, grâce à l'iPod, l'iPhone et l'iPad. Et maintenant, Apple est confronté au revers de ce succès. Apple ne lutte plus uniquement contre Microsoft. A la petite liste des principaux concurrents, se sont ajoutés Samsung, Amazon et Google. Pris chacun séparément, ceux-ci ne représentent à chaque fois pas une menace, mais la réaction face à ces attaques coûte beaucoup de temps à Apple. De ce fait, Apple réagit maintenant souvent trop tard, comme dans le marché de la domotique.En à peine deux ans, Amazon a fait de son haut-parleur intelligent Echo un assistant personnel capable de quasi tout faire, du règlement de la température du chauffage et la commande des courses jusqu'à la diffusion de musique. L'appareil coûte en outre la moitié moins cher que le HomePod de Apple tout juste sorti. Probablement 10% des ménages américains ont déjà un Echo chez eux. C'est de ce fait devenu la plateforme favorite des développeurs externes et des fabricants de domotique.Apple a raté l'explosion de la smart home et se trouve maintenant dans une position similaire, c'est-à-dire délicate, à celle de Microsoft après la percée du smartphone. Tous les développeurs externes ont continué à préférer développer des apps pour les plateformes mobiles populaires d'Apple et de Google. Microsoft a jeté le gant il y a deux ans et a maintenant avant tout comme objectif de faire de ses applications, comme Word, les plus populaires sur les plateformes mobiles de la concurrence.Apple espère éviter le sort de Microsoft en n'attaquant pas Amazon frontalement. Au lieu de cela, la société à la pomme se focalise sur une qualité sonore supérieure. L'objectif est de s'adresser au segment plus petit, mais plus facile, des amateurs de gadgets disposant de moyens financiers importants. Apple est déjà dominant sur ce segment grâce à l'iPhone. Mais là aussi, le manque d'applications domotiques externes s'avère un lourd handicap, surtout dans l'éventuelle perspective d'égaler la part de marché d'Amazon.Le marché de la domotique est beaucoup plus petit que celui du smartphone. Apple approche les 140 milliards de dollars annuellement avec sa ligne d'iPhone. Ces marchés adjacents comme la domotique ou les ordinateurs sont pourtant très importants pour Apple. Au plus un consommateur possède d'appareils Apple, au moins il y a de chance qu'il aille à la concurrence. La mise à jour de quasi tous les ordinateurs et tablettes pour les utilisateurs professionnels doit également être considérée sous cet angle. Depuis sa création, Apple a pu tabler sur un public très fidèle d'utilisateurs professionnels qui voyaient en Apple la combinaison idéale de hardware et de software puissants, notamment pour le traitement d'images et de vidéos ou le développement de sites web. Microsoft essaie à présent d'arracher ces utilisateurs rentables à l'influence d'Apple grâce à une série d'ordinateurs puissants sous la marque Surface.Les software aussi sont un moyen pour les concurrents d'essayer d'attirer les utilisateurs d'Apple. Apple a, par exemple, dû réagir suite à l'annonce par Google d'une série d'améliorations de ses applications pour la gestion et le traitement des photos. Les utilisateurs des smartphones et des tablettes d'Apple prennent chaque année plus de 1000 milliards de photos, mais ils utilisent toujours davantage le service photo de Google pour le stockage et la gestion de ces photos.Après deux ans, Google Photos a aujourd'hui déjà 500 millions d'utilisateurs et acquiert une renommée pour ses capacités de tri automatique des photos à l'aide d'intelligence artificielle. Pour rattraper ce retard, Apple se voit contraint de briser une promesse en matière de vie privée. Tout comme Google et d'autres sociétés, Apple devra toujours plus analyser les données des utilisateurs afin d'améliorer ses logiciels.Apple s'est toujours positionné comme le protecteur de la vie privée, mais prend à présent un nouveau virage. Pour les commandes vocales du haut-parleur intelligent et l'amélioration de la reconnaissance des photos, davantage de données des utilisateurs seront partagées avec les data centers d'Apple. Là non plus, Apple n'a pas pu donner le ton.