La couverture inclut les principales villes du pays, telles que Lausanne, Zurich, Genève ou la capitale, Berne.

Les deux groupes envisagent une couverture de l'ensemble du territoire d'ici la fin de l'année et l'arrivée des premiers smartphones compatibles à ce nouveau réseau dans le courant de l'année.

"Le lancement de ce premier réseau commercial 5G nous permet de poser les fondations pour de nouveaux services et cas d'usages professionnels, ce qui est une bonne chose non seulement pour la Suisse mais également la population, qui est désormais partie prenante de ce nouveau monde numérique", s'est enthousiasmé le directeur général de l'opérateur, Urs Schaeppi, cité dans un communiqué.

Le président pour l'Europe et l'Amérique latine d'Ericsson, Arun Bansal, a estimé pour sa part que ce lancement permettait de "renforcer l'écosystème 5G en réduisant l'écart entre l'ouverture des réseaux pour les puces et appareils compatibles".

La 5G est considérée comme un enjeu de compétitivité dans de nombreuses régions du monde, en particulier du fait des possibilités de connectivité que cette nouvelle génération de téléphonie mobile offre en terme de virtualisation et de connexion à grande échelle, même si les promesses originellement envisagées semblent désormais plus hypothétiques.

Plusieurs pays ont d'ores et déjà annoncé des lancements de couverture à petite échelle, notamment aux Etats-Unis, pour des usages liés à l'internet fixe.

La Corée du Sud a été le premier pays au monde à annoncer, en début de mois, le lancement d'un réseau 5G sur la totalité de son territoire.

En Europe, l'attribution des fréquences n'est toujours pas réalisée partout: si le Royaume-Uni, la Finlande ou l'Italie ont d'ores et déjà attribué les fréquences nécessaires, l'Allemagne mène actuellement des enchères en ce sens entre opérateurs alors que la France devrait lancer le processus d'attribution dans le dernier trimestre de l'année.