Forte d'une belle renommée, GuardSquare développe un logiciel pour améliorer la protection des applications mobiles. Plus de trois applications sur quatre du système d'exploitation Android de Google utilisent son logiciel. L'année dernière, GuardSquare a remporté le prix Technology Fast 50 de Deloitte, parmi les 50 sociétés technologiques à forte croissance en Belgique. L'entreprise a vu en trois ans son chiffre d'affaires augmenter de 4.700%. Celui-ci s'est établi à 6 millions d'euros pour un bénéfice de 2 millions d'euros. La plupart des jeunes entreprises technologiques doivent préférer une croissance rapide aux bénéfices.
...

Forte d'une belle renommée, GuardSquare développe un logiciel pour améliorer la protection des applications mobiles. Plus de trois applications sur quatre du système d'exploitation Android de Google utilisent son logiciel. L'année dernière, GuardSquare a remporté le prix Technology Fast 50 de Deloitte, parmi les 50 sociétés technologiques à forte croissance en Belgique. L'entreprise a vu en trois ans son chiffre d'affaires augmenter de 4.700%. Celui-ci s'est établi à 6 millions d'euros pour un bénéfice de 2 millions d'euros. La plupart des jeunes entreprises technologiques doivent préférer une croissance rapide aux bénéfices.Dans une récente interview accordée au Trends néerlandophone, Heidi Rakels (ex-judoka et médaillée de bronze aux Jeux olympiques de 1992) comparait son style managérial à celui d'un ingénieur qui n'a de cesse d'améliorer le fonctionnement d'une machine en éliminant tous les obstacles. Avec son conjoint et cofondateur Eric Lafortune, ils déclaraient d'une seule voix dans cet entretien qu'ils n'envisageaient pas de lâcher prise.Aujourd'hui, la société annonce un investissement de 29 millions de dollars de Battery Ventures. Ce fonds d'investissement international jouit d'une excellente réputation et est aussi un actionnaire important de Collibra. Active également dans le secteur des technologies, cette société belge peut se targuer d'une valorisation de 1 milliard de dollars."La contribution positive de Battery Ventures à Collibra a largement influencé notre choix", explique depuis San Francisco Heidi Rakels qui figure parmi les cinq nominées au titre d'ICT Woman of the Year décerné par notre magazine Datanews. "GuardSquare réalise 30% de son chiffre d'affaires aux États-Unis. Compte tenu du potentiel de ce marché, nous pouvons y développer le volume de nos activités. Mais conquérir le marché américain s'avère un exercice difficile et coûteux. Nous cherchions non seulement à lever des fonds, mais aussi à nous allier à un partenaire possédant une expertise et un réseau. Avec Jürgen Ingels (le célèbre entrepreneur/investisseur belge de la scène tech, NDLR), nous nous réjouissons d'accueillir Battery en tant qu'actionnaire. Nous espérons bien sûr pouvoir vivre la même success story que Collibra."Depuis la création de GuardSquare en 2012, seul Jürgen Ingels a réalisé un investissement (limité). Aujourd'hui, Battery Ventures s'octroie une participation majoritaire.HEIDI RAKELS : "Je ne peux pas révéler la structure exacte de l'actionnariat, mais Eric et moi ne sommes plus majoritaires. Nous étions d'accord là-dessus vu notre goût limité pour le risque. Nous préférions un seul partenaire fort à plusieurs participations plus modestes. Nous recherchions donc un investisseur disposant d'une grande expertise dans notre secteur et sur le marché américain. Par ailleurs, la participation majoritaire de Battery Ventures représente aussi pour nous un soulagement. Désormais, il leur incombe également de faire en sorte que GuardSquare poursuive sa croissance. Lors des premiers contacts, Battery a parlé ouvertement de la façon dont ils souhaitent voir évoluer GuardSquare. Et leur vision correspondait parfaitement à nos projets. Une bonne entente s'est donc installée rapidement."Cette entrée au capital modifie-t-elle la structure de GuardSquare ?HR : "J'occupe désormais la présidence et Roel Caers troque sa fonction de COO contre celle de CEO. Ces nouveaux titres reflètent mieux la réalité. Roel s'occupait déjà de la gestion quotidienne. Et je me chargeais plus de l'aspect stratégique et de la représentation à l'extérieur. Avec Eric, nous formons une bonne équipe.""Notre siège restera à Louvain. Nous allons également élargir de façon substantielle l'équipe en Belgique. Cette année, nous voulons passer à 70 collaborateurs et nous sommes à la recherche de dix ingénieurs supplémentaires à Louvain, qui restera le centre névralgique de nos activités de recherche et développement. Nous allons bien entendu nous développer considérablement aux États-Unis et recruter de nombreux commerciaux et spécialistes en marketing."GuardSquare avait déjà un bureau à San Francisco. Avez-vous l'intention d'y établir votre siège américain ?HR : "Non, le nouveau bureau que nous allons ouvrir sur la côte est nous servira de siège aux États-Unis. Le décalage horaire en fait une meilleure option."Vous souhaitiez que GuardSquare enregistre une croissance très rapide. L'arrivée de Battery a-t-elle décuplé vos ambitions ?HR : "Je peux difficilement vous donner un chiffre précis. Nous avions déjà des objectifs ambitieux mais cette entrée au capital a placé la barre encore plus haut."Traduction : virginie·dupont·sprl