Ce dernier pointe, entre autres, "la pénurie de personnel qui se manifeste au quotidien dans la répartition des services de distribution et la non-distribution du courrier dans toutes les boîtes aux lettres du Royaume". Il réclame également "des solutions immédiates pour assurer une formation adéquate, avec un encadrement professionnel, aux nouveaux collègues recrutés de manière à ce qu'ils restent en service et qu'ils puissent construire un avenir convenable au sein de bpost." Les syndicats souhaitent enfin que le management local dispose "des moyens nécessaires pour garantir, de commun accord avec les représentants syndicaux régionaux, la faisabilité des services et le bien-être des travailleurs." "L'entreprise doit entreprendre des actions sans délai pour rencontrer nos exigences", conclut le front commun qui parle d'un "dernier avertissement". Hier/lundi, plusieurs bureaux postaux avaient déjà débrayé, notamment à Tournai, Soignies, Jumet et Woluwe (Saint-Lambert et Saint-Pierre). Le mouvement a depuis fait tache d'huile dans le Hainaut et à Bruxelles, les travailleurs réclamant avant tout une amélioration de leurs conditions de travail. (MUA)

Ce dernier pointe, entre autres, "la pénurie de personnel qui se manifeste au quotidien dans la répartition des services de distribution et la non-distribution du courrier dans toutes les boîtes aux lettres du Royaume". Il réclame également "des solutions immédiates pour assurer une formation adéquate, avec un encadrement professionnel, aux nouveaux collègues recrutés de manière à ce qu'ils restent en service et qu'ils puissent construire un avenir convenable au sein de bpost." Les syndicats souhaitent enfin que le management local dispose "des moyens nécessaires pour garantir, de commun accord avec les représentants syndicaux régionaux, la faisabilité des services et le bien-être des travailleurs." "L'entreprise doit entreprendre des actions sans délai pour rencontrer nos exigences", conclut le front commun qui parle d'un "dernier avertissement". Hier/lundi, plusieurs bureaux postaux avaient déjà débrayé, notamment à Tournai, Soignies, Jumet et Woluwe (Saint-Lambert et Saint-Pierre). Le mouvement a depuis fait tache d'huile dans le Hainaut et à Bruxelles, les travailleurs réclamant avant tout une amélioration de leurs conditions de travail. (MUA)