M. Reinaudo déplore le comportement des syndicats et travailleurs grévistes qui, selon lui, restent bloqués "dans une situation qui relève du passé", en référence au règlement en matière de prépensions, et ce alors que le monde et la réalité économique ont entre-temps évolué. "En tant que direction, nous n'avons pas de mauvaises intentions, mais nous faisons ce que nous pouvons et ce que nous devons faire pour assurer la pérennité de l'entreprise", a déclaré le CEO. "Nous avions sur ce point bien avancé et même la situation internationale s'améliore, c'est pourquoi ce conflit est pour le moins regrettable." Christian Reinaudo a répété lundi qu'il ne souhaitait pas de guerre au sein de l'entreprise - "notre vrai combat reste celui que nous menons contre nos concurrents" - et espère que la future conciliation permettra de déminer la situation. "Il y aura des discussions à tous les niveaux, le monde politique a par exemple été, lui aussi, sensibilisé par les événements récents", a-t-il précisé. (Belga)

M. Reinaudo déplore le comportement des syndicats et travailleurs grévistes qui, selon lui, restent bloqués "dans une situation qui relève du passé", en référence au règlement en matière de prépensions, et ce alors que le monde et la réalité économique ont entre-temps évolué. "En tant que direction, nous n'avons pas de mauvaises intentions, mais nous faisons ce que nous pouvons et ce que nous devons faire pour assurer la pérennité de l'entreprise", a déclaré le CEO. "Nous avions sur ce point bien avancé et même la situation internationale s'améliore, c'est pourquoi ce conflit est pour le moins regrettable." Christian Reinaudo a répété lundi qu'il ne souhaitait pas de guerre au sein de l'entreprise - "notre vrai combat reste celui que nous menons contre nos concurrents" - et espère que la future conciliation permettra de déminer la situation. "Il y aura des discussions à tous les niveaux, le monde politique a par exemple été, lui aussi, sensibilisé par les événements récents", a-t-il précisé. (Belga)