"Ces quatre entreprises nous ont annoncé leur intention fermeture pour le 17 décembre", indique Jo Claes de la FGTB Métal, actif chez SML. "Cette nouvelle n'est pas surprenante après l'annonce de la fermeture de Ford Genk", ajoute M. Claes. "Nous aurions juste espéré que cette annonce se ferait plus tard." Environ 1.500 ouvriers travaillent pour ces sociétés. Une fois l'intention de fermeture annoncée, les syndicats débuteront les négociations sociales dans le cadre de la loi Renault. Chez SML, des emplois pourraient toutefois être sauvés selon M. Claes. En effet, SML travaille aussi pour d'autres entreprises. (ANA)

"Ces quatre entreprises nous ont annoncé leur intention fermeture pour le 17 décembre", indique Jo Claes de la FGTB Métal, actif chez SML. "Cette nouvelle n'est pas surprenante après l'annonce de la fermeture de Ford Genk", ajoute M. Claes. "Nous aurions juste espéré que cette annonce se ferait plus tard." Environ 1.500 ouvriers travaillent pour ces sociétés. Une fois l'intention de fermeture annoncée, les syndicats débuteront les négociations sociales dans le cadre de la loi Renault. Chez SML, des emplois pourraient toutefois être sauvés selon M. Claes. En effet, SML travaille aussi pour d'autres entreprises. (ANA)