"Aucun employeur parmi les fournisseurs n'a en ce moment eu de contact avec Ford. Ils n'ont encore eu aucune information (...) On ne parle pour l'heure certainement pas encore d'une déclaration d'intention (de fermeture, ndlr) comme chez Ford", a expliqué Patrick Trusgnach, délégué syndical FGTB chez Syncreon. Le responsable syndical attend cette déclaration d'intention dans la semaine du 5 novembre. Les ouvriers de Syncreon présents en marge du conseil d'entreprise ont marqué leur volonté de se rendre lundi prochain devant l'usine de Ford Genk afin de témoigner de leur solidarité avec les travailleurs de l'usine d'assemblage automobile. Syncreon emploie quelque 280 personnes, pour 450 chez SML, environ 300 chez IAC et 220 chez Lear. Les quatre fournisseurs sont, comme cela avait été prévu depuis un certain temps, actuellement en chômage économique. (PVO)

"Aucun employeur parmi les fournisseurs n'a en ce moment eu de contact avec Ford. Ils n'ont encore eu aucune information (...) On ne parle pour l'heure certainement pas encore d'une déclaration d'intention (de fermeture, ndlr) comme chez Ford", a expliqué Patrick Trusgnach, délégué syndical FGTB chez Syncreon. Le responsable syndical attend cette déclaration d'intention dans la semaine du 5 novembre. Les ouvriers de Syncreon présents en marge du conseil d'entreprise ont marqué leur volonté de se rendre lundi prochain devant l'usine de Ford Genk afin de témoigner de leur solidarité avec les travailleurs de l'usine d'assemblage automobile. Syncreon emploie quelque 280 personnes, pour 450 chez SML, environ 300 chez IAC et 220 chez Lear. Les quatre fournisseurs sont, comme cela avait été prévu depuis un certain temps, actuellement en chômage économique. (PVO)