M. Peeters a eu entre-temps un contact avec Zalando. Au parlement, il n'a cependant pas confirmé le choix de l'entreprise allemande. Il ne s'est pas attardé outre mesure sur le contenu de cet entretien.

Le ministre a par ailleurs manifesté son étonnement après avoir appris que des discussions étaient en cours depuis deux ans avec le gouvernement wallon et Zalando.

M. Peeters a souligné que le travail de nuit pouvait être organisé sans problème par convention collective de travail ou via le règlement de travail.

Il a rappelé qu'une discussion avait été entamée l'année dernière en vue de l'accord de l'été pour une baisse du coût du travail dans certains secteurs. La construction en a bénéficié. Le dossier pourra être remis sur la table pour l'e-commerce.