Juin 2019. Yvan Verougstraete exulte. Après plusieurs années de bataille juridique, l'Autorité belge de la concurrence vient de condamner l'Ordre des pharmaciens à une amende d'un million d'euros pour avoir tenté d'entraver le développement de Medi- Market. " Les décisions du Conseil national de l'Ordre des pharmaciens sont à ce point nocives au bien-être du consommateur qu'elles constituent des infractions graves au droit de la concurrence ", écrit l'instance. Le CEO de la chaîne de pharmacie et parapharmacie ne pouvait pas rêver meilleure conclusion. " Cela a complètement changé la donne, dit-il. Nous ne sommes plus vus comme le vilain petit canard. "
...

Juin 2019. Yvan Verougstraete exulte. Après plusieurs années de bataille juridique, l'Autorité belge de la concurrence vient de condamner l'Ordre des pharmaciens à une amende d'un million d'euros pour avoir tenté d'entraver le développement de Medi- Market. " Les décisions du Conseil national de l'Ordre des pharmaciens sont à ce point nocives au bien-être du consommateur qu'elles constituent des infractions graves au droit de la concurrence ", écrit l'instance. Le CEO de la chaîne de pharmacie et parapharmacie ne pouvait pas rêver meilleure conclusion. " Cela a complètement changé la donne, dit-il. Nous ne sommes plus vus comme le vilain petit canard. " En lançant Medi-Market en 2014, ce juriste de formation, ancien directeur opérationnel de Delitraiteur, assume parfaitement vouloir appliquer les règles du retail à la (para)pharmacie. " J'ai toujours eu l'impression que les pharmaciens avaient reçu un privilège de la part de l'autorité publique, et que ce privilège n'était pas tout le temps utilisé en vue du bien-être des patients, dit-il. Ce métier n'a pas évolué depuis 30 ans. On ne peut plus ouvrir de pharmacies, il n'y a pas de concurrence, etc. " L'entrepreneur imagine alors un concept novateur : une vaste parapharmacie adossée à une pharmacie, deux entrées distinctes, une paroi vitrée en guise de séparation et la possibilité de passer de l'une à l'autre par l'intérieur. La partie " para " ne doit, du coup, pas être sous la responsabilité d'un pharmacien et la publicité y est autorisée. Le groupe peut ainsi multiplier les références, jouer sur les volumes et casser les prix... Y compris dans sa pharmacie, où il se targue de ne pas appliquer le prix maximum légal autorisé sur les médicaments non remboursés. Depuis sa première ouverture à Gosselies, Medi-Market a grandi au pas de course. " Pour la fin de cette année, nous aurons 42 parapharmacies et 17 pharmacies (dont 15 accolées), indique le nominé. Neuf pharmacies sont par ailleurs en cours de préparation ( le groupe doit racheter des pharmacies existantes et les déplacer, Ndlr) et nous comptons ouvrir 10 nouvelles parapharmacies l'an prochain. " Détenue très majoritairement par Imocobel (famille De Clercq), l'entreprise, qui enregistre un chiffre d'affaires de 135 millions d'euros, a connu une année 2019 pour le moins remplie. Sous la houlette d'Yvan Verougstraete, Medi-Market a ouvert quatre instituts de soins et fait son entrée dans l'hypermarché Carrefour de Bierges. " Nous sommes en discussion pour ouvrir dans d'autres hypermarchés du groupe ", affirme notre interlocuteur. Mais la grosse actualité pour Medi- Market cette année, c'est l'expansion internationale. Le groupe vient d'ouvrir une première parapharmacie au nord de Lille, en France, et a racheté la petite chaîne italienne Parashop Italia (quatre parapharmacies à Milan et Turin). " La France n'est pas vraiment prioritaire, reconnaît Yvan Verougstraete. Nous testons le marché. En revanche, nous voulons mettre le turbo en Italie et nous visons l'Espagne. "