"La direction de X-Air services s'est enfin penchée sur le développement de ses activités en Belgique et a présenté aux représentants des travailleurs ce jour son business plan permettant de réduire à 0 le nombre des 65 licenciements annoncés. Un incroyable virage à 180°", se réjouit le syndicat libéral.

Et d'ajouter: "Nous n'avons cessé de rappeler le potentiel qu'offre le marché de fret aérien principalement sur l'aéroport de Liège, un pôle de services qui ne cesse de croître."

Liege Airport attire en effet de plus en plus de nouveaux clients qui nécessitent la maintenance de leurs avions (DHL, Alibaba, Amazon,¿). Finalement, ce seront neuf avions, et non six comme annoncé précédemment, qui resteront à l'aéroport de Liège.

"Il était essentiel que X-Air services saisisse des opportunités sur l'aéroport de Liège avec ses atouts (...) et privilégie le développement de son activité principalement en Belgique", ajoute la CGSLB.

Le projet de maintenance à l'aéroport parisien Charles de Gaulle n'est pas pour autant oublié. Une dizaine de travailleurs pourraient s'y rendre, sur base volontaire et dans le cas où le volume d'activités en Belgique ne permettrait pas de combler leur planning.

Dès 2022, la sécurisation d'une ligne complète de maintenance sera également réalisée sur le site de X-Air services de Zaventem, ce qui ouvre aussi des opportunités de support des activités à Liège. "Ces différents éléments expliquent le changement dans le nombre de travailleurs impactés par l'annonce du licenciement collectif", explique le syndicat libéral.

Enfin, une convention collective de travail est conclue pour l'annulation du licenciement collectif et pour garantir notamment le maintien de l'emploi durant au moins 18 mois.

"La direction de X-Air services s'est enfin penchée sur le développement de ses activités en Belgique et a présenté aux représentants des travailleurs ce jour son business plan permettant de réduire à 0 le nombre des 65 licenciements annoncés. Un incroyable virage à 180°", se réjouit le syndicat libéral. Et d'ajouter: "Nous n'avons cessé de rappeler le potentiel qu'offre le marché de fret aérien principalement sur l'aéroport de Liège, un pôle de services qui ne cesse de croître." Liege Airport attire en effet de plus en plus de nouveaux clients qui nécessitent la maintenance de leurs avions (DHL, Alibaba, Amazon,¿). Finalement, ce seront neuf avions, et non six comme annoncé précédemment, qui resteront à l'aéroport de Liège. "Il était essentiel que X-Air services saisisse des opportunités sur l'aéroport de Liège avec ses atouts (...) et privilégie le développement de son activité principalement en Belgique", ajoute la CGSLB. Le projet de maintenance à l'aéroport parisien Charles de Gaulle n'est pas pour autant oublié. Une dizaine de travailleurs pourraient s'y rendre, sur base volontaire et dans le cas où le volume d'activités en Belgique ne permettrait pas de combler leur planning. Dès 2022, la sécurisation d'une ligne complète de maintenance sera également réalisée sur le site de X-Air services de Zaventem, ce qui ouvre aussi des opportunités de support des activités à Liège. "Ces différents éléments expliquent le changement dans le nombre de travailleurs impactés par l'annonce du licenciement collectif", explique le syndicat libéral. Enfin, une convention collective de travail est conclue pour l'annulation du licenciement collectif et pour garantir notamment le maintien de l'emploi durant au moins 18 mois.