Entre le 1er janvier et le 30 juin, le groupe a écoulé 5,022 millions de véhicules, contre 5,04 millions pour Volkswagen. L'Américain General Motors (GM), troisième constructeur, a pour sa part livré 4,86 millions de véhicules sur la période.

Les deux constructeurs rencontrent toutefois des chiffres de vente en baisse. Toyota et VW notent ainsi un recul respectif de 1,5% et de 0,5%. Les Allemands profitent surtout de la demande plus importante actuellement en Europe, qui compense un marché moribond en Chine. Toyota a vu ses ventes se replier sous l'effet d'un plongeon de 11,5% au Japon, où les mini-véhicules ont particulièrement souffert de la conjoncture morose. Il s'agit "du premier recul en deux ans" dans sa patrie.

En 2014, Toyota et Volkswagen étaient au coude à coude, le premier affichant 10,23 millions au compteur, le second 10,14 millions.

Pour ne pas se laisser distancer, Toyota a récemment décidé de repartir de l'avant: il a fait part mi-avril d'un investissement de plus d'un milliard d'euros pour bâtir une usine au Mexique afin de mieux desservir ses clients nord-américains, et une nouvelle ligne de production en Chine, premier marché mondial de l'automobile.

Entre le 1er janvier et le 30 juin, le groupe a écoulé 5,022 millions de véhicules, contre 5,04 millions pour Volkswagen. L'Américain General Motors (GM), troisième constructeur, a pour sa part livré 4,86 millions de véhicules sur la période.Les deux constructeurs rencontrent toutefois des chiffres de vente en baisse. Toyota et VW notent ainsi un recul respectif de 1,5% et de 0,5%. Les Allemands profitent surtout de la demande plus importante actuellement en Europe, qui compense un marché moribond en Chine. Toyota a vu ses ventes se replier sous l'effet d'un plongeon de 11,5% au Japon, où les mini-véhicules ont particulièrement souffert de la conjoncture morose. Il s'agit "du premier recul en deux ans" dans sa patrie.En 2014, Toyota et Volkswagen étaient au coude à coude, le premier affichant 10,23 millions au compteur, le second 10,14 millions.Pour ne pas se laisser distancer, Toyota a récemment décidé de repartir de l'avant: il a fait part mi-avril d'un investissement de plus d'un milliard d'euros pour bâtir une usine au Mexique afin de mieux desservir ses clients nord-américains, et une nouvelle ligne de production en Chine, premier marché mondial de l'automobile.