Le bénéfice net est ressorti à 35,86 milliards de couronnes (3,6 milliards de francs), contre 24,9 milliards un an plus tôt, une hausse de 44%, pour un chiffre d'affaires en progression de 10,5% à 432 milliards, dans un contexte favorable pour l'ensemble de son activité.

"2019 a été de nouveau une bonne année pour le groupe Volvo (...), au cours de l'année, nous avons également continué à accroître notre solidité financière", s'est félicité le PDG Martin Lundstedt.

La marge opérationnelle du groupe est passée de 10,4% à 11,4% sur un an.

Au cours de l'exercice écoulé, les ventes ont augmenté sur tous les continents, excepté en Asie, et dans les principaux secteurs de Volvo Group, à savoir les camions (+10,5%) et les engins de construction (+5,2%).

Les commandes ont en revanche baissé. Les prises de commandes de camions ont diminué de 30%, principalement à cause de l'Amérique du Nord (-66%) "en raison de la baisse de la demande (...) et du fait que les concessionnaires vendent leurs stocks plutôt que de passer de nouvelles commandes", justifie le groupe.

Volvo maintient ses prévisions pour 2020 sur l'ensemble de ses marchés et prévoit toujours une baisse des ventes de 5 à 15% sur son principal marché, le marché européen.

Le bénéfice net est ressorti à 35,86 milliards de couronnes (3,6 milliards de francs), contre 24,9 milliards un an plus tôt, une hausse de 44%, pour un chiffre d'affaires en progression de 10,5% à 432 milliards, dans un contexte favorable pour l'ensemble de son activité. "2019 a été de nouveau une bonne année pour le groupe Volvo (...), au cours de l'année, nous avons également continué à accroître notre solidité financière", s'est félicité le PDG Martin Lundstedt. La marge opérationnelle du groupe est passée de 10,4% à 11,4% sur un an. Au cours de l'exercice écoulé, les ventes ont augmenté sur tous les continents, excepté en Asie, et dans les principaux secteurs de Volvo Group, à savoir les camions (+10,5%) et les engins de construction (+5,2%). Les commandes ont en revanche baissé. Les prises de commandes de camions ont diminué de 30%, principalement à cause de l'Amérique du Nord (-66%) "en raison de la baisse de la demande (...) et du fait que les concessionnaires vendent leurs stocks plutôt que de passer de nouvelles commandes", justifie le groupe. Volvo maintient ses prévisions pour 2020 sur l'ensemble de ses marchés et prévoit toujours une baisse des ventes de 5 à 15% sur son principal marché, le marché européen.