"Volkswagen et Bosch ont signé un protocole d'accord afin d'étudier la création d'un fournisseur européen pour équiper les usines de cellules de batteries", ont-ils indiqué dans un communiqué. Une coentreprise devrait être créée "d'ici fin 2022", ont-ils ajouté.

Cette annonce s'inscrit dans la volonté de Volkswagen, et de l'ensemble de l'industrie automobile allemande, d'investir massivement dans la transition vers le véhicule électrique. La production de cellules de batteries, où se trouve une partie importante de la valeur ajoutée des voitures électriques, est pour le moment dominée par les fournisseurs asiatiques. C'est pourquoi Volkswagen a annoncé l'an dernier vouloir ouvrir six "méga-usines" de cellules en Europe d'ici 2030 afin de s'imposer sur ce marché.

Après un premier site en Suède, Volkswagen compte ouvrir une deuxième usine dès 2025 en Allemagne, à Salzgitter.

En s'alliant avec Bosch, le groupe automobile compte profiter "d'un excellent savoir-faire en matière d'automatisation d'usine et d'intégration de systèmes industriels", a-t-il indiqué. "Nous travaillons à la création d'une chaîne d'approvisionnement entièrement européenne pour une e-mobilité made in Europe", a commenté Thomas Schmall, responsable technologie chez Volkswagen, cité dans le communiqué.

Il s'agit "d'une chance historique dans l'histoire économique", a-t-il ajouté.

Pour Bosch, il s'agit en revanche de revenir, par la petite porte, sur le marché des cellules de batteries électriques, qu'il avait décidé d'abandonner en 2018, en raison du retard accumulé vis-à-vis de ses concurrents. "L'industrie européenne a le potentiel de devenir un moteur technologique pour la transformation écologique de l'économie", a déclaré le président de l'équipementier, Rolf Najork.

"Volkswagen et Bosch ont signé un protocole d'accord afin d'étudier la création d'un fournisseur européen pour équiper les usines de cellules de batteries", ont-ils indiqué dans un communiqué. Une coentreprise devrait être créée "d'ici fin 2022", ont-ils ajouté. Cette annonce s'inscrit dans la volonté de Volkswagen, et de l'ensemble de l'industrie automobile allemande, d'investir massivement dans la transition vers le véhicule électrique. La production de cellules de batteries, où se trouve une partie importante de la valeur ajoutée des voitures électriques, est pour le moment dominée par les fournisseurs asiatiques. C'est pourquoi Volkswagen a annoncé l'an dernier vouloir ouvrir six "méga-usines" de cellules en Europe d'ici 2030 afin de s'imposer sur ce marché. Après un premier site en Suède, Volkswagen compte ouvrir une deuxième usine dès 2025 en Allemagne, à Salzgitter. En s'alliant avec Bosch, le groupe automobile compte profiter "d'un excellent savoir-faire en matière d'automatisation d'usine et d'intégration de systèmes industriels", a-t-il indiqué. "Nous travaillons à la création d'une chaîne d'approvisionnement entièrement européenne pour une e-mobilité made in Europe", a commenté Thomas Schmall, responsable technologie chez Volkswagen, cité dans le communiqué. Il s'agit "d'une chance historique dans l'histoire économique", a-t-il ajouté. Pour Bosch, il s'agit en revanche de revenir, par la petite porte, sur le marché des cellules de batteries électriques, qu'il avait décidé d'abandonner en 2018, en raison du retard accumulé vis-à-vis de ses concurrents. "L'industrie européenne a le potentiel de devenir un moteur technologique pour la transformation écologique de l'économie", a déclaré le président de l'équipementier, Rolf Najork.