Les démarches pour un permis d'environnement, le secrétariat social pour calculer les salaires et, bien entendu, les heures passées pour les déclarations fiscales, tout cela fait partie des " charges administratives " qui pèsent sur les entreprises belges. Elles représentaient un coût total de 5,93 milliards d'euros fin 2016, selon une étude réalisée par le Bureau du Plan.

En dépit de toutes les annonces de " simplification ", cette facture administrative augmente constamment depuis 2008. Elle progresse toutefois nettement moins vite que l'inflation (7,6 contre 14 % sur cette période) et le PIB. Comme le montre notre graphique, plus les entreprises sont petites, plus ces dépenses administratives représentent une part importante de leur chiffre d'affaires et plus elles les privent donc de ressources pour se développer ou rémunérer leur personnel.

© TT

La fiscalité engloutit plus de la moitié de ces coûts administratifs. On parle bien ici du coût pour remplir les formulaires fiscaux, pas le paiement des taxes et impôts en lui-même. Evolution intéressante : depuis 2012, les coûts administratifs externes ont dépassé les coûts internes. Cela s'explique évidemment par la tendance à l'externalisation d'une série de services.

Cette tendance ne se retrouve pas chez les travailleurs indépendants, chez qui les charges internes et externes sont toutes deux à la... baisse : 260 millions de moins par rapport à 2014 et 480 de moins depuis 2008. Cette diminution ne compense cependant pas la hausse du côté des entreprises. La facture administrative totale continue d'augmenter et atteint désormais 6,79 milliards d'euros.

Un coût doit toujours se mesurer en rapport avec la qualité du service. En l'occurrence, les entreprises semblent globalement satisfaites de la rapidité et de la précision des réponses fournies par l'administration. L'évolution est très positive par rapport aux enquêtes similaires remontant au début des années 2000. En revanche, on constate un tassement de la satisfaction sur les quatre dernières années.