Vers une guerre des prix sur le bio?

11/09/18 à 12:16 - Mise à jour à 12/09/18 à 13:24

Source: Trends-Tendances

Alors que Carrefour annonce vouloir faire de sa marque Carrefour Bio la marque la moins chère de Belgique, les producteurs redoutent les conséquences d'une éventuelle guerre des prix sur ce segment.

Vers une guerre des prix sur le bio?

© Twitter

Va-t-on bientôt constater d'importantes baisses de prix sur les produits bios en grande surface? C'est en tout cas ce qu'a laissé entendre Carrefour la semaine dernière. A l'occasion de la présentation de son programme mondial Act For Food, qui prévoit la mise en oeuvre d'"actions concrètes et locales en faveur du bien manger", le distributeur français a annoncé sa volonté de faire de Carrefour Bio la marque bio la moins chère de Belgique. Une annonce qui fait réagir le Collège des producteurs wallons, qui craint les conséquences d'une éventuelle guerre des prix.

"Le marché du bio est en train de passer d'un marché de niche à un marché conventionnel, explique Emmanuel Grosjean, coordinateur de l'association. Nous voulons éviter qu'on ne lui applique les mêmes règles de négociation que celles appliquées dans le cadre de la production conventionnelle. Car les coûts de production restent plus élevés dans le bio."

La production locale pénalisée

En cas de guerre des prix, l'association redoute que les producteurs belges ne puissent plus être compétitifs, ce qui engendrerait une hausse des importations au détriment de la production locale. "Une communication sur du bio à prix bas peut en outre sous-entendre que le bio plus cher, c'était de l'arnaque, ajoute le responsable. Il faut à tout prix éviter de brader la valeur du bio."

L'association rencontrait des responsables de Carrefour en début de semaine. "Le distributeur confirme travailler sur du bio accessible, mais nous assure ne pas vouloir toucher au prix producteur", affirme prudemment Emmanuel Grosjean. "Si le prix de vente doit baisser, nous pourrions jouer sur notre marge, mais également sur certains intermédiaires", explique Baptiste van Outryve, porte-parole de Carrefour.

Nos partenaires