Les deux organisations ont adressé un courrier aux ministres des Affaires sociales, Maggie De Block (Open VLD) et des Indépendants, Willy Borsus (MR), réclament un congé maladie à mi-­temps, permettant à l'indépendant handicapé par sa maladie,

de combiner une activité par définition réduite avec une indemnité d'incapacité de travail.

Les organisations basent leur recommandation sur une enquête menée auprès de 1.524 indépendants fin 2016 démontrant qu'ils donnent la priorité à un retour rapide au travail (59%) plutôt qu'au bé­néfice d'indemnités (37%). Ils sont 85 % à indiquer qu'ils ne suivront pas la prescription médicale d'arrêt maladie, et ce pour des raisons financières (48%) et à cause

de la pression des clients et du risque d'en perdre (43%).

Enfin, 42% d'entre eux affirment ne pas avoir de solution pour faire assurer la poursuite de l'activité par un tiers.

Les deux organisations ont adressé un courrier aux ministres des Affaires sociales, Maggie De Block (Open VLD) et des Indépendants, Willy Borsus (MR), réclament un congé maladie à mi-­temps, permettant à l'indépendant handicapé par sa maladie,de combiner une activité par définition réduite avec une indemnité d'incapacité de travail. Les organisations basent leur recommandation sur une enquête menée auprès de 1.524 indépendants fin 2016 démontrant qu'ils donnent la priorité à un retour rapide au travail (59%) plutôt qu'au bé­néfice d'indemnités (37%). Ils sont 85 % à indiquer qu'ils ne suivront pas la prescription médicale d'arrêt maladie, et ce pour des raisons financières (48%) et à causede la pression des clients et du risque d'en perdre (43%). Enfin, 42% d'entre eux affirment ne pas avoir de solution pour faire assurer la poursuite de l'activité par un tiers.