Ces avions, qui lui seront livrés à partir de 2024, vont remplacer sa flotte vieillissante de Boeing 757-200, a précisé le groupe qui inflige ainsi au constructeur aéronautique américain un camouflet.

Boeing, occupé à obtenir la levée d'interdiction de vol frappant le 737 MAX cloué au sol depuis mi-mars après deux tragédies ayant fait 346 morts, n'a actuellement pas de nouvel avion pour concurrencer Airbus dans le segment de milieu de marché -- entre les moyen et les long-courriers -- occupé par l'A321 XLR.

Cet avion dévoilé en juin au salon du Bourget par Airbus offre aux compagnies la possibilité d'ouvrir de nouvelles lignes long-courrier entre des villes secondaires avec un monocouloir, moins cher, plus facile à remplir et donc plus rentable.

United entend ainsi desservir des destinations européennes à partir de la cote-est, et notamment des aéroports de Newark, dans le New Jersey près de New York, et de Washington Dulles, la capitale fédérale.

L'A321 XLR "va permettre à United d'explorer des destinations supplémentaires à desservir en Europe à partir de ses hubs de la cote est Newark/New York et Washington", a expliqué la compagnie dans son communiqué.

United s'est tourné vers Airbus parce que Boeing ne dispose pas d'avion dans le segment de milieu de marché, a assuré à l'AFP une source proche du dossier sous couvert d'anonymat.

"Boeing ne propose actuellement aucun avion pouvant remplacer le 757", a dit cette source, ajoutant que des négociations entre Airbus et United ont démarré il y a "plusieurs mois".

Focalisé sur le retour en vol du MAX, Boeing a dû repousser à l'an prochain une éventuelle annonce de lancement d'un nouvel appareil, le NMA.

L'avionneur a présenté récemment à différentes compagnies aériennes des dessins sur ce nouvel avion, ont indiqué à l'AFP des sources industrielles.

Airbus a décidé de ne plus publier ses prix catalogue à partir de 2019. Mais L'A321 XLR est la version à très long rayon d'action de l'A321, dont la valeur à l'unité était de 129,5 millions de dollars au prix catalogue 2018.

United Airlines a toutefois décidé de reporter de cinq ans la réception de ses premiers avions long-courriers Airbus A350.

Le groupe, qui avait passé commande de 45 A350-900 (jusqu'à 325 sièges) en 2017, a précisé qu'il prévoyait désormais de se faire livrer ces long-courriers qu'à partir de 2027 au lieu de 2022 comme indiqué précédemment.