"Pour la moitié des PME (entre 10 et 250 travailleurs), la digitalisation ne suscite donc aucun sentiment d'urgence, ce qui n'est pas sans risque", commente la fédération de l'industrie technologique Agoria qui a récemment sondé 400 PME industrielles sur leur approche du numérique. "Les PME ne représentent pas mois de 70% de l'emploi dans le secteur privé belge et ont beaucoup à gagner d'une digitalisation intelligente", estime Danny Goderis, digital manager chez Agoria.

Si la plupart des PME ont déjà entrepris la numérisation de leurs processus opérationnels, elles sont beaucoup moins actives sur le plan de l'innovation numérique. L'étude confirme en outre une tendance européenne: les entreprises manufacturières sont deux fois plus lentes à adopter la technologie numérique que les entreprises de services.

A peine une entreprise sur cinq a désigné un responsable de la digitalisation. "Sans personne pour maintenir une vue d'ensemble, de nombreuses opportunités risquent de rester inexploitées", avertit Agoria.

La plupart semble par contre concernée par la cybersécurité puisque près de 70% des PME consultées ont un ou plusieurs projets liés à la sécurité en ligne.

L'étude met en évidence un lien direct entre la culture d'entreprise, la façon de travailler, d'une part, et le succès des projets numériques, d'autre part, précise M. Goderis. Agoria mène donc campagne auprès de ses membres afin de présenter les atouts du numérique pour une PME.

Quelque 400 entreprises ont été sondées par téléphone cet été dans les secteurs industriel, alimentaire, du commerce de gros, de la chimie, du textile et de l'ameublement ainsi que de bureaux d'ingénierie. Sur les PME sondées, 71% ont leur siège en Flandre, 24% en Wallonie et 5% à Bruxelles.