Aucun doute, le secteur biotech wallon a le vent plus qu'en poupe. Dernière preuve en date, l'annonce d'UCB, juste avant les vacances de Noël, d'investir 300 millions dans une nouvelle unité de production sur son site de Braine-l'Alleud. Comme le groupe belge s'est engagé à être neutre en émissions de carbone pour 2030, cette usine sera l'une des plus modernes d'Europe, durable...

Aucun doute, le secteur biotech wallon a le vent plus qu'en poupe. Dernière preuve en date, l'annonce d'UCB, juste avant les vacances de Noël, d'investir 300 millions dans une nouvelle unité de production sur son site de Braine-l'Alleud. Comme le groupe belge s'est engagé à être neutre en émissions de carbone pour 2030, cette usine sera l'une des plus modernes d'Europe, durable et écoresponsable. La construction devrait démarrer au cours de ce premier trimestre pour une mise en service en 2024. A l'horizon 2030, la nouvelle unité de production devrait créer 150 emplois hautement qualifiés en plus des 1.800 postes déjà occupés à Braine. Un site considéré comme majeur par UCB puisqu'il allie recherche, développement et production. Il abrite ainsi l'un des deux grands centres de recherche du groupe mais aussi l'usine Bio-Pilot qui fait le lien entre recherche et production et fournit des protéines thérapeutiques à partir de cultures de cellules. La nouvelle unité vient en complément et s'inscrit dans le changement stratégique opéré par UCB, passant de la production de petites molécules chimiques (comprimés, gélules, etc.) vers les molécules larges comme les anticorps mono-clonaux. Dans un premier temps, elle sera composée de deux bioréacteurs qui permettent la croissance cellulaire, avant quatre autres en 2030. Elle s'inscrit donc dans la politique d'expansion du groupe qui prévoit de sortir, dans les cinq ans, trois produits dans les molécules larges. Le premier à être produit à Braine pourrait être le bimekizumab, un traitement contre le psoriasis qui vient de franchir, avec succès, le cap des essais cliniques de phase III et attend son approbation par les régulateurs européens et américains. Ce nouvel investissement pérennise le site de Braine-l'Alleud qui a réussi le passage vers la biotech et sera le seul du groupe à proposer un éventail de services aussi complet.