C'est à Bruxelles où cette volonté est la plus forte, avec 55% des sondés qui veulent voir les centrales nucléaires baisser le volet en 2025 (contre 23% qui veulent leur maintien au-delà), devant la Wallonie (51% de partisans d'une fermeture en 2025, contre 29% qui y sont opposés).

Enfin, en Flandre, 48% des sondés veulent la fermeture des centrales en 2025, comme prévu. Ils ne sont que 36% à préconiser leur maintien en activité après cette échéance.

Le sondage, mené auprès un peu moins de 3.000 personnes entre fin février et fin mars, montre aussi une opinion publique partagée - selon un clivage assez communautaire - quant à la volonté du gouvernement de permettre des visites domiciliaires.

En Flandre, 7 sondés sur 10 soutiennent le projet, alors qu'ils ne sont que 42% en Wallonie à partager cette opinion. A Bruxelles, un sondé sur deux est contre le projet du gouvernement.