Particularité à Bruxelles: ces entreprises précaires sont de très petite taille.

"Beaucoup de très petites entreprises ont été créées par nécessité, par des personnes qui ne disposent pas toujours des compétences requises pour gérer et développer un business", explique Eric Van den Broele, directeur du service d'études de Graydon. "Le résultat, c'est qu'au premier choc externe, comme les attentats ou l'installation du piétonnier dans le centre-ville, ces entreprises passent l'arme à gauche, faute de capacités de résilience."

A l'échelle nationale, 7,6% d'entreprises fragiles représentent 7% des travailleurs (231.958 personnes).

Particularité à Bruxelles: ces entreprises précaires sont de très petite taille. "Beaucoup de très petites entreprises ont été créées par nécessité, par des personnes qui ne disposent pas toujours des compétences requises pour gérer et développer un business", explique Eric Van den Broele, directeur du service d'études de Graydon. "Le résultat, c'est qu'au premier choc externe, comme les attentats ou l'installation du piétonnier dans le centre-ville, ces entreprises passent l'arme à gauche, faute de capacités de résilience." A l'échelle nationale, 7,6% d'entreprises fragiles représentent 7% des travailleurs (231.958 personnes).