Cette collaboratrice avait été licenciée après avoir refusé un ordre unilatéral de transfert vers Dublin.

La compagnie à bas coût entendait appliquer le droit irlandais, où ses avions sont basés et où se trouve son siège social.

Mais les juges néerlandais ont retenu le fait que la collaboratrice de Ryanair débutait et terminait ses services à Eindhoven, y était briefée, et le fait que la compagnie dispose dans la ville néerlandaise d'une "base opérationnelle".

L'ex-collaboratrice s'est vu octroyer, outre l'indemnité légale, des dommages et intérêts de 25.000 euros.