Milmort, sur les hauteurs de Liège. La succession d'étagères bleues sont les piliers de l'activité de ce grand hall logistique. Un ballet incessant de chariots élévateurs transporte des palettes de chocolat et de biscuits d'un bout à l'autre du bâtiment. Cette partie est consacrée uniquement aux produits du groupe Mondelez, qui possède des marques comme Côte d'Or, TUC, Oreo ou encore Milka. Ces produits arrivent ici, dans le nouveau centre logistique de Weerts Supply Chain (WSC), avant d'être distribués dans tout le pays. WSC fait partie du groupe Weerts, une entreprise détenue à 100% par la famille éponyme.
...

Milmort, sur les hauteurs de Liège. La succession d'étagères bleues sont les piliers de l'activité de ce grand hall logistique. Un ballet incessant de chariots élévateurs transporte des palettes de chocolat et de biscuits d'un bout à l'autre du bâtiment. Cette partie est consacrée uniquement aux produits du groupe Mondelez, qui possède des marques comme Côte d'Or, TUC, Oreo ou encore Milka. Ces produits arrivent ici, dans le nouveau centre logistique de Weerts Supply Chain (WSC), avant d'être distribués dans tout le pays. WSC fait partie du groupe Weerts, une entreprise détenue à 100% par la famille éponyme. Après avoir réceptionné ces marchandises, la société compose des palettes de ces différents produits pour ses clients. Dans ce cas-ci, il s'agit des centrales d'achat des grandes surfaces. Plusieurs palettes sont déjà soigneusement rangées devant de grandes portes numérotées, prêtes à être chargées dans un camion. Dans un coin du hall, une équipe de l'entreprise de travail adapté Les Ateliers Jean Del'Cour effectue du co-packing de plusieurs tablettes de chocolat sur une ligne automatisée. Ces dernières feront sans doute l'objet d'une promotion dans le magasin où elles seront mises en vente. Un peu plus loin, d'autres travailleurs composent des présentoirs remplis de biscuits apéritifs. Dans la seconde partie du bâtiment, les grandes allées sont désertes. Par moments, un clark se déplace furtivement à travers les rayons. Sur les étagères, nous retrouvons de gros sacs de phosphate du groupe Prayon, du sucre de la Raffinerie Tirlemontoise et des produits du groupe Beneo. Un stock plus " dormant ", rempli par vagues au gré des campagnes de production. Inauguré le 25 avril dernier, le site de Milmort est le troisième centre logistique de WSC à Liège, après ceux du zoning des Hauts-Sarts et de Bierset. L'entreprise possède aussi d'autres centres, notamment à Tongres, pour un total de 180.000 m2. Avec ses 36.000 m2, Milmort représente un investissement de 35 millions d'euros. Pour Norbert Dumoulin, business development director de WSC, il était indispensable de construire ce nouveau centre pour accueillir les nouveaux clients. Les autres sites manquaient en effet de place. A en croire Norbert Dumoulin, le secteur logistique a retrouvé de l'attrait. Il y a quelques années, tout était fait pour éviter des coûts de stockage. Les camions partaient des usines et se rendaient directement chez les clients. Aujourd'hui, suite aux problèmes de mobilité et surtout à cause d'une pénurie de chauffeurs, il est plus compliqué d'opérer à flux tendu. " La réactivité de l'acheminement est donc plus faible, poursuit Norbert Dumoulin. Il y a donc aujourd'hui clairement une tendance à refaire du stockage-tampon. " Autre tendance : le développement de l'e-commerce. Un secteur qui ne va pas cesser de progresser, notamment à Liège avec l'arrivée prochaine du chinois Alibaba. " Et pas seulement à cause d'Alibaba, lance-t-il. Il y a beaucoup de sociétés 'satellites' qui viennent s'implanter à Liège. " Dans ce contexte, comment WSC peut-elle tirer parti de cette explosion de l'e-commerce ? L'entreprise a-t-elle vocation à gérer le tri et l'envoi de petits produits vers les consommateurs ? " Il y a des spécialistes sur le marché, comme TNT ou Fedex, répond Norbert Dumoulin. Dans les flux aériens, vous avez la première et la deuxième ligne. Pour la première, vous devez vous situer dans l'enceinte de l'aéroport, au déchargement des avions. Pour la deuxième, il faut faire un tri des colis pour des transporteurs comme DHL. C'est plutôt là que nous pourrions jouer un rôle, vu que nos bâtiments se situent à proximité de l'aéroport. " WSC réalise déjà un peu ce type d'activité avec certains opérateurs de Liège Airport. L'entreprise belge assure aussi des prestations logistiques pour ZIH, l'opérateur chinois qui exploite la ligne ferroviaire Liège (Bierset)-Zhengzhou, au coeur de l'empire du Milieu. La Cité ardente confirme donc son statut de plateforme logistique importante en Europe. La ville wallonne est aussi un important noeud autoroutier la reliant à Bruxelles, à l'Allemagne voisine, aux Pays-Bas et au Luxembourg. Sans compter le Trilogiport de Liège, véritable plateforme multimodale alliant la route, le rail, et l'eau. " La voie navigable est un moyen de transport qui est de plus en plus demandé pour des raisons environnementales et de mobilité, mais aussi à cause du manque de chauffeurs, poursuit Norbert Dumoulin. L'entreprise prévoit d'ailleurs de s'installer le long de la Meuse. Fin mai, WSC a ainsi annoncé avoir acquis 20 hectares sur le site du Trilogiport. "Nous allons construire un congélateur de 20.000 m2 et un deuxième bâtiment conventionnel de 65.000 m2", détaille le business development director. Un développement par phases réparties sur quatre ans. S'implanter le long de la Meuse présente aussi l'avantage d'être à proximité des dépôts de Milmort, des Hauts-Sarts et de Bierset. Au départ, le groupe Weerts était une entreprise de transport routier. La famille était déjà active dans le transport agricole avant 1945, dans les Fourons. La petite société s'est ensuite agrandie et orientée vers le transport routier dans les années 1960, avant d'investir, en 1989, dans ce qui deviendra le coeur de son métier actuel en ouvrant son premier dépôt sur le zoning des Hauts-Sarts pour stocker notamment des produits d'isolation destinés au secteur de la construction. Weerts Supply Chain était née. Dix ans plus tard, le groupe renforce sa présence dans la logistique en s'installant près de l'aéroport de Bierset. Sur ce site, il réceptionne et distribue aujourd'hui notamment les produits du groupe Bosch Siemens Hausgeräte (BSH) vers les magasins d'électroménager et en livre même chez les particuliers. L'entreprise s'installe ensuite une première fois à Milmort, en 2001. Un bâtiment dédié au stockage de produits frais, qu'il cédera quelques années plus tard, avant de reprendre place sur ce même zoning, en avril dernier. Début des années 2000, sa division " Transport " s'est, elle aussi, bien développée via l'acquisition de Supertransport, société du groupe Carrefour. Grâce à elle, le groupe Weerts assure la distribution des produits des centrales de stockage de l'enseigne vers les supermarchés. En 2008, il opère cependant un virage stratégique important : ce pôle " Transport " est cédé au groupe Jost. " Le but était de nous spécialiser en logistique et de nous concentrer davantage sur le développement immobilier ", explique Norbert Dumoulin. La famille Weerts a en effet investi dans le développement de projets résidentiels et de bâtiments industriels, pour ses propres besoins (comme ce nouveau site de Milmort), ou pour des tiers. " Nous sommes pour l'instant en train de développer un bâtiment en Allemagne. Un autre est en phase de construction en Hongrie. Nous avons aussi construit un immeuble de bureaux à Bucarest, en Roumanie. " Dix ans plus tard, des camions siglés WSC parcourent pourtant à nouveau les quais du hall de stockage de Milmort. Une vingtaine de véhicules et une trentaine de remorques assurent la livraison de marchandises entre les usines de ses clients et les dépôts du groupe. " Le but n'est pas de recréer une société de transport comme par le passé, temporise Norbert Dumoulin. C'est un service complémentaire. " Objectif : que le client n'ait qu'un seul prestataire pour le transport et la logistique. Pour WSC, cela simplifie aussi la gestion des marchandises. Mais la soif d'entreprise d'Yves Weerts, executive chairman de la société, ne s'arrête pas là. En 2009, il emmène le groupe familial sur les circuits automobiles. Basée à Baudour, près de Mons, W Racing Team (WRT) participe à des compétitions en GT3, DTM, et VW Fun Cup. L'écurie participera notamment aux prochaines 24 h de Spa-Francorchamps du 25 au 28 juillet. Cependant, même si l'entreprise s'est diversifiée dans l'immobilier ou la course automobile, sur les plus de 550 équivalents temps plein qu'emploie actuellement le groupe Weerts, 450 travaillent dans le secteur de la logistique, dont 300 chez Audi Brussels. WSC assure en effet la logistique interne de l'usine du constructeur allemand depuis 2017. " Nous sommes présents dans l'usine, à Forest, explique Norbert Dumoulin. Nous acheminons une grande partie des pièces directement vers les lignes de production. Nous disposons aussi de deux dépôts externes pour des fournisseurs d'Audi. " Un tournant important qui place l'entreprise liégeoise au coeur de l'assemblage du nouveau modèle 100% électrique du constructeur allemand : l'Audi e-tron. Ce secteur logistique n'échappe pas non plus aux nouvelles technologies. En Chine, l'entreprise de livraison Shengton utilise de petits robots pour trier les colis envoyés à ses clients. Pour Norbert Dumoulin, utiliser ce type de technologies dans ses dépôts n'est pas d'actualité. Il est vrai que ces petits robots sont surtout adaptés aux formats de paquets utilisés dans l'e-commerce. Le groupe liégeois utilise plutôt les lunettes connectées de Google, les Google Glass. " Les manutentionnaires peuvent voir toutes les données dans ces lunettes et ont un bracelet pour faire du scanning. C'est un gain de temps, mais cela doit être utilisé à bon escient. " Ces lunettes sont en effet utiles pour prendre de petits paquets sur plusieurs palettes dans un rayon restreint. Pour trier ou transporter des palettes entières, cela n'a pas beaucoup sens. En regardant à travers la fenêtre d'une des grandes portes de garage, nous observons un étrange squelette de béton et d'acier. Ce sont les vestiges de l'ancienne usine Colgate qui occupait autrefois le site. La structure a été presque entièrement grignotée par les engins de chantier. Un nouveau bâtiment devrait bientôt voir le jour, augmentant ainsi le ballet des camions, des chariots élévateurs, et des marchandises.