L'estetrol n'en finit pas d'apporter des bonnes nouvelles à Mithra. La société liégeoise annonce en effet le développement d'un troisième candidat médicament au départ de cet oestrogène naturel : le PeriNesta. Il est ciblé sur la périménopause, soit les deux-trois ans qui précèdent la ménopause et pendant lesquels certaines femmes subissent de fortes fluctuations des niveaux hormonaux.
...

L'estetrol n'en finit pas d'apporter des bonnes nouvelles à Mithra. La société liégeoise annonce en effet le développement d'un troisième candidat médicament au départ de cet oestrogène naturel : le PeriNesta. Il est ciblé sur la périménopause, soit les deux-trois ans qui précèdent la ménopause et pendant lesquels certaines femmes subissent de fortes fluctuations des niveaux hormonaux. " PeriNesta pourrait devenir le premier produit commercialisé qui répond aux besoins des femmes pendant la périménopause, à savoir une solution contraceptive avec un profil bénéfices-risques amélioré, et soulager en même temps les bouffées de chaleur ", déclare le CEO de Mithra, François Fornieri, dans un communiqué. Cela représente un marché potentiel de quelque 18 millions de patientes aux Etats-Unis et en Europe. Le PeriNesta pourrait être disponible dès 2023. 2023, c'est également l'échéance fixée pour le Donesta, le médicament développé par Mithra en vue de soulager les symptômes vasomoteurs des femmes ménopausées. Les études cliniques ayant donné des résultats positifs, la firme a décidé d'accélérer ses plans et de lancer dès cette année les études de phase III. Mais avant cela, il y aura le lancement de la pilule contraceptive Estelle, son produit-phare à base d'estetrol. Les autorisations devraient être obtenues cette année en vue d'une commercialisation en 2020. " Nous disposons d'une trésorerie forte avec une capacité à maximiser le potentiel des produits clés de notre pipeline ", précise le CFO Christophe Maréchal. L'an dernier, Mithra a vendu son portefeuille de produits génériques et conclu des accords de licence pour Estelle afin de gonfler ses réserves au moment où le développement de ses potentiels blockbusters (médicaments susceptibles de générer plus d'un milliard de dollars de recettes) entre dans sa dernière ligne droite.