"Créer son entreprise pour sortir du chômage, c'est la solution choisie par de plus en plus de chercheurs d'emploi bruxellois. L'augmentation du budget consacré à l'accompagnement des chercheurs d'emploi dans la création de leur société était donc nécessaire", déclare Bernard Clerfayt, ministre bruxellois de l'Emploi. Actiris et six partenaires accompagnent en moyenne 1.000 chercheurs d'emploi chaque année.

Les Bruxellois à la recherche d'un job peuvent bénéficier d'un suivi de 18 mois pour créer leur projet entrepreneurial. Pendant l'accompagnement, ils élaborent par exemple un business plan et sont suivis dans des démarches d'installation comme obtenir un prêt. Ils peuvent aussi se former pour acquérir des compétences nécessaires à leur projet. "Tous les chercheurs d'emploi ne poursuivent pas leurs activités d'indépendants.

La plupart retrouvent un travail de salarié et certains combinent parfois les deux. Mais ce qui est intéressant à retenir, c'est l'expérience qu'ils en tirent. Ils ont acquis de nouvelles compétences, leur estime et leur confiance en eux en sortent renforcées, ils ont développé de nouvelles connaissances en gestion d'une entreprise. Tous ces éléments servent de tremplins vers l'emploi", explique le directeur général d'Actiris Grégor Chapelle.

"Créer son entreprise pour sortir du chômage, c'est la solution choisie par de plus en plus de chercheurs d'emploi bruxellois. L'augmentation du budget consacré à l'accompagnement des chercheurs d'emploi dans la création de leur société était donc nécessaire", déclare Bernard Clerfayt, ministre bruxellois de l'Emploi. Actiris et six partenaires accompagnent en moyenne 1.000 chercheurs d'emploi chaque année. Les Bruxellois à la recherche d'un job peuvent bénéficier d'un suivi de 18 mois pour créer leur projet entrepreneurial. Pendant l'accompagnement, ils élaborent par exemple un business plan et sont suivis dans des démarches d'installation comme obtenir un prêt. Ils peuvent aussi se former pour acquérir des compétences nécessaires à leur projet. "Tous les chercheurs d'emploi ne poursuivent pas leurs activités d'indépendants. La plupart retrouvent un travail de salarié et certains combinent parfois les deux. Mais ce qui est intéressant à retenir, c'est l'expérience qu'ils en tirent. Ils ont acquis de nouvelles compétences, leur estime et leur confiance en eux en sortent renforcées, ils ont développé de nouvelles connaissances en gestion d'une entreprise. Tous ces éléments servent de tremplins vers l'emploi", explique le directeur général d'Actiris Grégor Chapelle.