Chaque année, 50 millions de tonnes de déchets électroniques sont produits dans le monde, dont 20% seulement sont recyclés, rappelle l'organisation. De nombreux appareils électroniques usagés ou défectueux (vieux ordinateurs, outils, machines à café...) sommeillent d'ailleurs dans les ménages belges, mais également dans des entreprises, des ASBL, des écoles ou des centres de soin résidentiels.

A l'occasion de la journée internationale des déchets électroniques, Recupel lance donc Smartloop afin de permettre aux entreprises de proposer ces appareils en ligne et de les intégrer dans le flux de recyclage. Sur cette plateforme, les sociétés peuvent convenir d'un prix et d'une date d'enlèvement avec le collecteur agréé de leur choix.

"Si une entreprise propose un volume très important ou s'il s'agit d'appareils contenant une grande quantité de matériaux précieux, tels que des ordinateurs portables ou de vieux GSM, elle pourra peut-être même récupérer de l'argent", détaille Hederik Tijs, chief operating officer de Recupel. "Dans le cas contraire, elle devra logiquement payer pour les frais de transport et de traitement. De cette manière, les prix sont toujours conformes au marché et négociés directement avec le collecteur."

Afin de lutter contre le gaspillage, le cdH a par ailleurs déposé à la Chambre une proposition de loi qui prévoit notamment d'étendre l'exemption de TVA aux dons non alimentaires, comme les appareils électroménagers, indique lundi Sudpresse.