L'homme d'affaires a notamment bâti un " éco- hôtel " auto-suffisant en énergie au Sénégal et il se lance à présent dans la construction de " dirigeables-drones " gonflés à l'hydrogène sous le nom Flywin. Ceux-ci devraient représenter à terme une vraie alternative écologique et économique au fret aérien.
...

L'homme d'affaires a notamment bâti un " éco- hôtel " auto-suffisant en énergie au Sénégal et il se lance à présent dans la construction de " dirigeables-drones " gonflés à l'hydrogène sous le nom Flywin. Ceux-ci devraient représenter à terme une vraie alternative écologique et économique au fret aérien. Séduit par " l'électro-mobilité ", Laurent Minguet a également racheté l'année dernière la société Green Propulsion spécialisée dans le développement de moteurs hybrides et il rêve aujourd'hui de relancer Imperia, une marque automobile belge centenaire. Fondée à Liège en 1904, Imperia avait disparu en 1958 avant de renaître 50 ans plus tard avec un projet de roadster à moteur hybride. Prise dans les tourments financiers, la société n'a finalement construit que deux prototypes et a dû malheureusement mettre la clé sous le paillasson il y a un peu plus d'un an. " J'ai fait une offre au curateur et nous sommes en train de régler les détails, confie aujourd'hui Laurent Minguet. Mon idée est de reprendre les actifs d'Imperia et de démarrer le projet d'une voiture 100 % électrique. Je suis actuellement en discussion avec des partenaires wallons et flamands pour la capitalisation car il faudra environ 1 million d'euros pour développer un nouveau prototype et 10 à 15 autres millions pour lancer ensuite les pré-séries, la communication, le marketing, etc. " Dans le meilleur des scénarios, le patron liégeois espère commercialiser ses premières voitures haut de gamme au printemps 2018 à un prix qui devrait se situer autour des 130.000 euros. Chic et électrique.