Ce bénéfice est ressorti à 1,5 milliard d'euros.

Le chiffre d'affaires du groupe s'établit pour ce premier trimestre à 12,8 milliards d'euros, en hausse de 5,7%. Au niveau de l'exploitation, Bayer fait valoir un bénéfice hors effets exceptionnels (EBITDA) en hausse de 10,2% à 4,4 milliards d'euros.

La division santé du groupe, "Consumer Health", participe fortement à ce bon résultat, avec un chiffre d'affaires en hausse de 13,5%, une "forte croissance" due à une "augmentation de la demande" avec la pandémie de coronavirus, indique le groupe.

Mais les "restrictions" prises par les gouvernements dans le monde pour lutter contre la pandémie, a également "un impact inverse" sur l'activité globale de l'entreprise, qui ne peut pour le moment pas "quantifier l'impact du Covid-19" sur l'année 2020.

La division "Crop science", dédié à l'agrochimie, voit également son chiffres d'affaires augmenter de 6,1%, continuant à bénéficier du rachat du géant américain Monsanto en 2017, qui a permis à Bayer de devenir le numéro 1 du secteur.

Mais ce rachat est également la source d'ennuis judiciaires pour Bayer aux Etats-Unis, alors que le "Round'up", un pesticide à base de glyphosate commercialisé pendant des décennies par Monsanto, a été classé en 2015 "cancérigène probable" par le Centre international contre le Cancer (Circ), une instance de l'OMS.

Le groupe de Leverkussen doit désormais faire face à 52.500 plaintes dans le pays contre 48.600 comptabilisés en février.

Ce bénéfice est ressorti à 1,5 milliard d'euros. Le chiffre d'affaires du groupe s'établit pour ce premier trimestre à 12,8 milliards d'euros, en hausse de 5,7%. Au niveau de l'exploitation, Bayer fait valoir un bénéfice hors effets exceptionnels (EBITDA) en hausse de 10,2% à 4,4 milliards d'euros. La division santé du groupe, "Consumer Health", participe fortement à ce bon résultat, avec un chiffre d'affaires en hausse de 13,5%, une "forte croissance" due à une "augmentation de la demande" avec la pandémie de coronavirus, indique le groupe. Mais les "restrictions" prises par les gouvernements dans le monde pour lutter contre la pandémie, a également "un impact inverse" sur l'activité globale de l'entreprise, qui ne peut pour le moment pas "quantifier l'impact du Covid-19" sur l'année 2020. La division "Crop science", dédié à l'agrochimie, voit également son chiffres d'affaires augmenter de 6,1%, continuant à bénéficier du rachat du géant américain Monsanto en 2017, qui a permis à Bayer de devenir le numéro 1 du secteur. Mais ce rachat est également la source d'ennuis judiciaires pour Bayer aux Etats-Unis, alors que le "Round'up", un pesticide à base de glyphosate commercialisé pendant des décennies par Monsanto, a été classé en 2015 "cancérigène probable" par le Centre international contre le Cancer (Circ), une instance de l'OMS. Le groupe de Leverkussen doit désormais faire face à 52.500 plaintes dans le pays contre 48.600 comptabilisés en février.