Julia Mozer et Dario La Nasa, qui ont quitté leurs fonctions la semaine dernière, selon plusieurs sources, étaient responsables de la politique numérique de Twitter en Europe et s'occupaient de la mise en oeuvre du paquet législatif sur les services numériques (DSA). Ils devaient donc veiller au respect des directives européennes, plus strictes qu'aux États-Unis.

La fermeture par Twitter de son bureau de Bruxelles, relativement petit, entraine des doutes parmi les dirigeants européens quant à la mise en oeuvre du DSA. La commission européenne doit publier jeudi des chiffres qui devraient montrer que Twitter est en retard dans la lutte contre la désinformation.

En novembre, de nombreux employés de Twitter à travers le monde ont démissionné après que le nouveau CEO, Elon Musk, leur a demandé de choisir entre travailler sans relâche "pour bâtir un Twitter 2.0 révolutionnaire" ou partir avec trois mois de salaire. Plusieurs employés bruxellois avaient opté pour la seconde solution. Restés en poste après cet ultimatum, Julia Mozer et Dario La Nasa ont finalement aussi jeté l'éponge la semaine dernière.

Tous deux se sont refusé à faire le moindre commentaire auprès du Financial Times et Twitter a également refusé de s'exprimer.

Julia Mozer et Dario La Nasa, qui ont quitté leurs fonctions la semaine dernière, selon plusieurs sources, étaient responsables de la politique numérique de Twitter en Europe et s'occupaient de la mise en oeuvre du paquet législatif sur les services numériques (DSA). Ils devaient donc veiller au respect des directives européennes, plus strictes qu'aux États-Unis. La fermeture par Twitter de son bureau de Bruxelles, relativement petit, entraine des doutes parmi les dirigeants européens quant à la mise en oeuvre du DSA. La commission européenne doit publier jeudi des chiffres qui devraient montrer que Twitter est en retard dans la lutte contre la désinformation. En novembre, de nombreux employés de Twitter à travers le monde ont démissionné après que le nouveau CEO, Elon Musk, leur a demandé de choisir entre travailler sans relâche "pour bâtir un Twitter 2.0 révolutionnaire" ou partir avec trois mois de salaire. Plusieurs employés bruxellois avaient opté pour la seconde solution. Restés en poste après cet ultimatum, Julia Mozer et Dario La Nasa ont finalement aussi jeté l'éponge la semaine dernière. Tous deux se sont refusé à faire le moindre commentaire auprès du Financial Times et Twitter a également refusé de s'exprimer.