Le chiffre d'affaires consolidé du groupe s'est monté à 744,4 millions d'euros l'an dernier, selon un communiqué publié jeudi. Par rapport à 2019 avant la crise sanitaire, sa chute atteint 28,6%.

Eurotunnel -le tunnel sous la Manche- a représenté l'an dernier 83% de l'activité du groupe Getlink, avec un chiffre d'affaires en baisse de 7,6% sur un an (-32,7% par rapport à 2019), à 644 millions d'euros.

L'activité navettes -le transport de voitures et camions sur des navettes ferroviaires entre la France et l'Angleterre- s'est inscrite en baisse de 8,6% sur un an, à 477 millions d'euros.

Le trafic a reculé de 6% pour les camions et de 32% pour les véhicules de tourisme (autocars compris).

Les revenus tirés du réseau ferroviaire -les péages payés par les exploitants de trains de fret ou de voyageurs pour circuler dans le tunnel- sont en baisse de 4,8% sur l'année, à 155 millions d'euros.

Les trains à grande vitesse Eurostar ont, selon Getlink, transporté 35% de passagers de moins l'année dernière, avec seulement 1,6 millions de voyageurs. Il y en avait eu 11,05 millions en 2019 avant la pandémie, la dégringolade atteint donc 85,2% sur deux ans.

Parallèlement, 1.654 trains de marchandises sont passés dans le tunnel en 2021 (-5% sur un an).

"Le chiffre d'affaires consolidé du groupe est évidemment impacté par les effets de la crise et des restrictions de voyage qui ont perduré tout au long de l'année", a reconnu le directeur général Yann Leriche, cité dans le communiqué.

"Pourtant nos parts de marché sur le segment passager n'ont jamais été aussi hautes et l'appétit des clients pour nos services a été prouvé à chaque allégement des conditions de franchissement des frontières", a-t-il ajouté.

A contre-courant, Europorte, la compagnie de fret ferroviaire du groupe, voit son chiffre d'affaires annuel augmenter de 6,1% à 130 millions d'euros - un niveau supérieur de 2,9% à celui de 2019.

La direction a salué une performance portée "par le démarrage de nouveaux trafics nationaux et de services internationaux".

Côté positif, elle indique aussi que ElecLink, une liaison électrique passant dans le tunnel, pourra comme prévu être ouverte "mi-2022".

Les résultats annuels détaillés du groupe seront publiés le 24 février.

Le chiffre d'affaires consolidé du groupe s'est monté à 744,4 millions d'euros l'an dernier, selon un communiqué publié jeudi. Par rapport à 2019 avant la crise sanitaire, sa chute atteint 28,6%.Eurotunnel -le tunnel sous la Manche- a représenté l'an dernier 83% de l'activité du groupe Getlink, avec un chiffre d'affaires en baisse de 7,6% sur un an (-32,7% par rapport à 2019), à 644 millions d'euros.L'activité navettes -le transport de voitures et camions sur des navettes ferroviaires entre la France et l'Angleterre- s'est inscrite en baisse de 8,6% sur un an, à 477 millions d'euros.Le trafic a reculé de 6% pour les camions et de 32% pour les véhicules de tourisme (autocars compris).Les revenus tirés du réseau ferroviaire -les péages payés par les exploitants de trains de fret ou de voyageurs pour circuler dans le tunnel- sont en baisse de 4,8% sur l'année, à 155 millions d'euros.Les trains à grande vitesse Eurostar ont, selon Getlink, transporté 35% de passagers de moins l'année dernière, avec seulement 1,6 millions de voyageurs. Il y en avait eu 11,05 millions en 2019 avant la pandémie, la dégringolade atteint donc 85,2% sur deux ans.Parallèlement, 1.654 trains de marchandises sont passés dans le tunnel en 2021 (-5% sur un an)."Le chiffre d'affaires consolidé du groupe est évidemment impacté par les effets de la crise et des restrictions de voyage qui ont perduré tout au long de l'année", a reconnu le directeur général Yann Leriche, cité dans le communiqué. "Pourtant nos parts de marché sur le segment passager n'ont jamais été aussi hautes et l'appétit des clients pour nos services a été prouvé à chaque allégement des conditions de franchissement des frontières", a-t-il ajouté.A contre-courant, Europorte, la compagnie de fret ferroviaire du groupe, voit son chiffre d'affaires annuel augmenter de 6,1% à 130 millions d'euros - un niveau supérieur de 2,9% à celui de 2019.La direction a salué une performance portée "par le démarrage de nouveaux trafics nationaux et de services internationaux".Côté positif, elle indique aussi que ElecLink, une liaison électrique passant dans le tunnel, pourra comme prévu être ouverte "mi-2022".Les résultats annuels détaillés du groupe seront publiés le 24 février.