Le système, qui entre dans le cadre de la loi sur le travail faisable et maniable, devrait être une réalité au 1er février 2018. Après les travailleurs, "le fait que les employeurs déclarent y être également favorables démontre que notre marché du travail est prêt et qu'un cadre législatif est nécessaire d'urgence", commente dans un communiqué Olivier Marcq, juriste chez Acerta.

Il ressort également de l'enquête que les CEO sont d'accord d'étendre le débat autour du concept "des vacances contre du cash". 45% des sondés ont d'ailleurs placé l'option "échanger une partie du salaire en cash contre des jours de vacances supplémentaires" en pole position des possibilités offertes aux travailleurs pour composer eux-même leur package, pointe Acerta.

L'enquête a été réalisée auprès de 469 CEO et membres de direction.

Le système, qui entre dans le cadre de la loi sur le travail faisable et maniable, devrait être une réalité au 1er février 2018. Après les travailleurs, "le fait que les employeurs déclarent y être également favorables démontre que notre marché du travail est prêt et qu'un cadre législatif est nécessaire d'urgence", commente dans un communiqué Olivier Marcq, juriste chez Acerta. Il ressort également de l'enquête que les CEO sont d'accord d'étendre le débat autour du concept "des vacances contre du cash". 45% des sondés ont d'ailleurs placé l'option "échanger une partie du salaire en cash contre des jours de vacances supplémentaires" en pole position des possibilités offertes aux travailleurs pour composer eux-même leur package, pointe Acerta. L'enquête a été réalisée auprès de 469 CEO et membres de direction.