Bien que le trafic en Europe ait progressé au cours des derniers mois depuis son point bas du mois d'avril, il "reste inférieur de plus de 50% par rapport à la même période l'an dernier", a indiqué l'organisation qui regroupe 290 compagnies aériennes dans le monde.

A court terme, la reprise en Europe, reste "très incertaine au vu d'une nouvelle vague de la pandémie et de l'impact économique mondial encore plus important qu'elle pourrait avoir", estime l'association.

L'Iata estime à "plus de 7 millions le nombre d'emplois" liés à l'aviation, y compris le secteur du tourisme, menacés en Europe, une estimation revue à la hausse d'un million par rapport à juin.

En France, en Grande-Bretagne et en Allemagne, la baisse du trafic en 2020 est estimée à 65%. En Espagne et en Italie de 63%. Le pays européen le plus touché devrait être la Norvège avec une chute prévue de 79%.

L'Iata évalue pour 2020 à 419 milliards de dollars le manque à gagner au niveau mondial pour le secteur, l'un des plus touchés par la pandémie qui a cloué au sol la quasi totalité de la flotte mondiale au plus fort de la crise. Elle ne prévoit pas de retour du trafic aux niveaux

Bien que le trafic en Europe ait progressé au cours des derniers mois depuis son point bas du mois d'avril, il "reste inférieur de plus de 50% par rapport à la même période l'an dernier", a indiqué l'organisation qui regroupe 290 compagnies aériennes dans le monde. A court terme, la reprise en Europe, reste "très incertaine au vu d'une nouvelle vague de la pandémie et de l'impact économique mondial encore plus important qu'elle pourrait avoir", estime l'association. L'Iata estime à "plus de 7 millions le nombre d'emplois" liés à l'aviation, y compris le secteur du tourisme, menacés en Europe, une estimation revue à la hausse d'un million par rapport à juin. En France, en Grande-Bretagne et en Allemagne, la baisse du trafic en 2020 est estimée à 65%. En Espagne et en Italie de 63%. Le pays européen le plus touché devrait être la Norvège avec une chute prévue de 79%. L'Iata évalue pour 2020 à 419 milliards de dollars le manque à gagner au niveau mondial pour le secteur, l'un des plus touchés par la pandémie qui a cloué au sol la quasi totalité de la flotte mondiale au plus fort de la crise. Elle ne prévoit pas de retour du trafic aux niveaux