En présentant la nouvelle stratégie de la marque l'été dernier, son CEO Vincent Nolf avait d'ailleurs joué cartes sur table. " En 2019, nos actionnaires veulent des résultats ", avait-il déclaré. C'est que depuis 2015, le groupe allemand Metro a dû venir à l'aide de sa filiale belge à huit reprises, y injectant au total 320 millions d'euros. Dernière injectio...

En présentant la nouvelle stratégie de la marque l'été dernier, son CEO Vincent Nolf avait d'ailleurs joué cartes sur table. " En 2019, nos actionnaires veulent des résultats ", avait-il déclaré. C'est que depuis 2015, le groupe allemand Metro a dû venir à l'aide de sa filiale belge à huit reprises, y injectant au total 320 millions d'euros. Dernière injection en date : 40 millions d'euros en ce début d'année. Le souci, c'est que la santé de Makro ne semble pas s'améliorer. Entre 2015 et 2017, le chiffre d'affaires de l'enseigne a reculé de 15%, à 482 millions d'euros. Son résultat opérationnel brut passait quant à lui, dans le rouge, à - 25 millions d'euros. Vincent Nolf affirmait même que Makro ne serait jamais bénéficiaire. " Peut-être serons-nous au break-even dans trois ans, mais il n'y a aucune garantie ", lançait-il. Difficile d'être optimiste dans de telles conditions... La situation dans laquelle se trouve Makro aujourd'hui est en fait le résultat de nombreux errements. Alors que deux restructurations, en 2014 et 2016, ont vu 870 collaborateurs quitter l'entreprise, cette dernière a changé plusieurs fois de stratégie. En 2016, le spécialiste du cash & carry décidait de s'adresser davantage aux particuliers en proposant notamment des conditionnements plus petits. " Ce fut une erreur car du coup, nous ne nous différencions plus de la concurrence ", nous expliquait Vincent Nolf l'an dernier. La chaîne décidait alors de s'adresser aux " particuliers ayant des intérêts communs avec les professionnels ". L'équation est compliquée. Makro doit en réalité retrouver sa pertinence aux yeux de clients qui privilégient la proximité, les chaînes spécialisées et les achats en ligne.