Plusieurs grandes fortunes et entreprises françaises, notamment du secteur du luxe, ont annoncé dès mardi qu'elles débloquaient des centaines de millions d'euros pour financer la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame, dévastée par un gigantesque incendie à Paris, la veille.

LVMH, numéro un mondial du luxe, et la famille Arnault à sa tête, première fortune de France, ont annoncé un "don" de 200 millions d'euros, proposant en outre de mettre à disposition ses "équipes créatives, architecturales, financières" pour aider au travail de reconstruction et de collecte de fonds.

Autre grande fortune du secteur, la famille d'industriels Pinault, qui possède le groupe Kering, a annoncé débloquer 100 millions d'euros via sa société d'investissement Artemis.

Henry Kravis, co-fondateur du fonds d'investissement américain KKR, et son épouse Marie-Josée Kravis, "attristés par l'incendie", ont annoncé contribuer "dès à présent" à hauteur de 10 millions de dollars (8,85 millions d'euros). C'est le premier don d'ampleur venu de l'étranger.