Une rage de dent et votre dentiste habituel, surchargé, ne peut vous recevoir en urgence. Vous voilà parti pour une journée au téléphone, à appeler au hasard tous les praticiens du coin, dans l'espoir de décrocher un rendez-vous. Et si tout cela pouvait se régler en deux ou trois clics ? C'est l'idée de Laurent Coppens et Julien Galand, fondateurs du site Tooddoc.com. Le principe est simple : les dentistes signalent sur la plateforme leurs plages horaires disponibles pour les prochaines 48 heures, les patients introduisent leur demande et le site renseigne instantanément les créneaux les plus proches. Et si aucune plage horaire n'est disponible, vous restez sur une lis...

Une rage de dent et votre dentiste habituel, surchargé, ne peut vous recevoir en urgence. Vous voilà parti pour une journée au téléphone, à appeler au hasard tous les praticiens du coin, dans l'espoir de décrocher un rendez-vous. Et si tout cela pouvait se régler en deux ou trois clics ? C'est l'idée de Laurent Coppens et Julien Galand, fondateurs du site Tooddoc.com. Le principe est simple : les dentistes signalent sur la plateforme leurs plages horaires disponibles pour les prochaines 48 heures, les patients introduisent leur demande et le site renseigne instantanément les créneaux les plus proches. Et si aucune plage horaire n'est disponible, vous restez sur une liste d'attente virtuelle qui transmet automatiquement la demande à tous les praticiens affiliés de la région. En croisant ainsi les offres et les demandes, le site est une sorte de " BlaBlaCar de la médecine ", résument les fondateurs. Il constitue également un début de réponse à la mauvaise répartition géographique des dentistes. Parce qu'être prêt à avaler quelques dizaines de kilomètres pour être soigné en urgence est une chose. Mais encore faut-il savoir dans quelle direction parcourir ces kilomètres. Ce que vous apporte l'application Tooddoc. A ce jour, quelque 200 cabinets dentaires de Wallonie et de Bruxelles se sont inscrits sur la plateforme. Evidemment, plus il y aura d'inscriptions, plus elle sera intéressante pour les patients. " Nous n'avons pas encore de statistiques sur le nombre de rendez-vous pris grâce au site et à l'application mais nous dépassons déjà les 100 recherches par jour. C'est énorme, alors que nous ne sommes accessibles que depuis la mi-juin ", précise Laurent Coppens, lui-même dentiste. Son projet découle directement de son expérience professionnelle et de la frustration d'apprendre un désistement de dernière minute alors que, faute de place, il venait de refuser de prendre en urgence un patient fidèle. Tooddoc permet d'optimiser les agendas respectifs. Et cela gratuitement : le site espère vivre grâce à la publicité des sociétés pharmaceutiques et de vendeurs de matériel médical. Pour l'heure, il est soutenu par la Société de médecine dentaire, les Mutualités chrétiennes et Partenamut. " Un tour de table est en cours afin de financer une extension du site à la médecine générale, l'ophtalmologie, l'ostéopathie et la pédiatrie, ajoute Laurent Coppens. Ces nouveaux services devraient être disponibles dès septembre ou octobre. " Tooddoc se veut un peu plus qu'un service de croisement d'agendas. Le patient doit introduire quelques données médicales, afin que le soignant puisse avoir une idée des symptômes et donc de la durée potentielle de l'intervention. Des photos peuvent même être envoyées par smartphone. Ces informations permettent, précise Laurent Coppens, " une meilleure prise en charge de l'urgence grâce à la réalisation d'un pré-diagnostic ". La globalisation de ces données médicales - qui resteront bien entendu anonymes, assure le fondateur de Tooddoc - pourrait, à terme, intéresser les sociétés pharmaceutiques, voire les autorités en charge de la prévention. Elles permettront en effet de déceler rapidement la prévalence de maladies dans un territoire particulier et d'initier le cas échéant des campagnes ciblées.