Les premiers vélos de Tier, qui offrent une assistance au pédalage jusqu'à 25 km/h, sont mis à disposition des utilisateurs des 19 communes bruxelloises dès ce mercredi et la flotte augmentera progressivement pour atteindre 1.500 unités, détaille l'entreprise. Celle-ci dit être désormais le deuxième plus grand fournisseur de mobilité multimodale dans la capitale derrière Dott et ses quelque 6.300 engins (trottinettes et vélos), selon des données de Bruxelles Mobilité datant de fin juin.

Outre ces deux acteurs de 'free-floating', il y a aussi Bolt qui propose 900 vélos en flotte libre dans la Région depuis la fin juin. Billy Bike a par contre dû mettre fin à ses activités il y a quelques semaines. Bruxelles Mobilité recense également les vélos partagés 'back-to-one' de Blue-Bike, qu'il faut ramener à l'endroit - une gare- où on l'a emprunté, et les Villo!, qui peuvent être restitués dans l'une des nombreuses stations à travers la capitale.

Comme dans d'autres villes, Bruxelles compte quelques zones de stationnement obligatoire, rappelle Tier. Les autres relèvent du système de free-floating. Mais cela pourrait évoluer dans les mois à venir. Une ordonnance globale sur la micro-mobilité fait en effet son chemin au Parlement bruxellois, indique-t-on au cabinet de la ministre régionale de la Mobilité Elke Van Den Brandt (Groen). Dans ce cadre, une concertation avec les différentes communes est notamment en cours sur les zones de dépôt et de stationnement des vélos partagés ('drop off zones').

En prenant aussi en compte les trottinettes et les scooters électriques partagés, Bruxelles Mobilité compte un total de neuf opérateurs qui opèrent sans station avec plus de 23.000 appareils.

Les premiers vélos de Tier, qui offrent une assistance au pédalage jusqu'à 25 km/h, sont mis à disposition des utilisateurs des 19 communes bruxelloises dès ce mercredi et la flotte augmentera progressivement pour atteindre 1.500 unités, détaille l'entreprise. Celle-ci dit être désormais le deuxième plus grand fournisseur de mobilité multimodale dans la capitale derrière Dott et ses quelque 6.300 engins (trottinettes et vélos), selon des données de Bruxelles Mobilité datant de fin juin. Outre ces deux acteurs de 'free-floating', il y a aussi Bolt qui propose 900 vélos en flotte libre dans la Région depuis la fin juin. Billy Bike a par contre dû mettre fin à ses activités il y a quelques semaines. Bruxelles Mobilité recense également les vélos partagés 'back-to-one' de Blue-Bike, qu'il faut ramener à l'endroit - une gare- où on l'a emprunté, et les Villo!, qui peuvent être restitués dans l'une des nombreuses stations à travers la capitale. Comme dans d'autres villes, Bruxelles compte quelques zones de stationnement obligatoire, rappelle Tier. Les autres relèvent du système de free-floating. Mais cela pourrait évoluer dans les mois à venir. Une ordonnance globale sur la micro-mobilité fait en effet son chemin au Parlement bruxellois, indique-t-on au cabinet de la ministre régionale de la Mobilité Elke Van Den Brandt (Groen). Dans ce cadre, une concertation avec les différentes communes est notamment en cours sur les zones de dépôt et de stationnement des vélos partagés ('drop off zones'). En prenant aussi en compte les trottinettes et les scooters électriques partagés, Bruxelles Mobilité compte un total de neuf opérateurs qui opèrent sans station avec plus de 23.000 appareils.